[Vidéo] Le satellite franco-chinois CFOSat mis en orbite avec succès

Lundi 29 octobre, la France et la Chine ont placé en orbite leur satellite d'observation CFOSat. Durant au moins trois ans, il étudiera les océans pour réaliser des prévisions en météorologie marine plus précises et mieux anticiper les tempêtes et cyclones. Certains de ses instruments ont été développés par Thales Alenia Space.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Vidéo] Le satellite franco-chinois CFOSat mis en orbite avec succès
Le satellite franco-chinois CFOSat a été mis en orbite lundi 29 octobre 2018

Le satellite franco-chinois CFOSat (China France Oceanography Satellite) a été mis en orbite lundi 29 octobre par un lanceur chinois Longue Marche 2C, depuis la base de Jiuquan en Mongolie intérieure. Son objectif est d’étudier les caractéristiques du vent et des vagues à la surface des océans pour mieux prédire les effets du changement climatique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’engin a été conçu conjointement par le Centre national d’études spatiales (CNES) et le China National Space Administration (CNSA). Il embarque deux instruments radar. Développé par la France, SWIM (Surface Waves Investigation and Monitoring) mesure la longueur, la hauteur et la direction des vagues grâce à ses six faisceaux rotatifs. SCAT, mis au point par la Chine, analyse l’intensité des vents et leur direction.

Une mission d'au moins trois ans

En orbite autour de la terre à une distance de 520 km pour au moins trois ans, le satellite transférera ses données en temps quasi-réel (moins de trois heures après leur acquisition). Elles permettront de réaliser des prévisions en météorologie marine plus précises, avec la possibilité d’anticiper des événements extrêmes comme les fortes tempêtes et les cyclones. Les climatologues pourront également en apprendre plus sur les échanges entre l'océan et l'atmosphère, qui jouent un rôle crucial dans le climat.

A la suite du lancement, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal a déclaré beaucoup attendre de cette mission, qui "permettra de mieux comprendre le changement climatique et donc de mieux y faire face". Elle a également précisé que "les données collectées par CFOSat seront mises à disposition de la communauté scientifique mondiale dans le cadre de l’Observatoire Spatial du Climat, lancé en décembre 2017 à l’occasion du One Planet Summit à Paris".

Lancé en 2007, le projet a été mené en partenariat avec différents partenaires, comme le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer), Météo-France ou encore le SHOM (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine). De plus, l’instrument SWIM a été développé par Thales Alenia Space en collaboration avec le LATMOS (Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales, à Paris et Guyancourt).

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS