CFM veut doper son activité de maintenance en Chine

La coentreprise entre Snecma (groupe Safran) et General Electric va investir avec Air China dans la construction d’une nouvelle usine à Chengdu. Le groupe anticipe un accroissement  de son activité de maintenance liée à la hausse du trafic aérien chinois, et se prépare à accueillir la nouvelle génération de moteurs, le Leap.

Partager
CFM veut doper son activité de maintenance en Chine

Le trafic aérien devrait progresser de 7 % par an sur les vingt prochaines années en Chine. Conséquence : la maintenance de moteurs a le vent en poupe. Et le fabricant de moteur Snecma, filiale du groupe Safran, allié au géant américain General Electric au sein de CFM, espère bien en bénéficier.

CFM s’est ainsi allié en 1999 à Air China pour créer SSAMC (Sichuan Services Aero Engine Maintenance Company) qui assure la maintenance des moteurs CFM56 de la série 3 à 7. La coentreprise, détenue à 60 % par la compagnie aérienne chinoise et à 40 % par le tandem franco-américain, est installée sur l’aéroport de Chendgu-Shuangliu. Elle y emploie 327 personnes.

La coentreprise réalise environ 70 % de son activité sur les moteurs d’Air China. 10 % de son activité provient du marché libre de la maintenance sur lequel SSAMC possède environ une quarantaine de clients, compagnies aériennes ou de leasing. Le site est en concurrence avec deux autres usines en Chine, celle de Pratt&Whitney et celle de MTU Zhuhai. Les 20 % restants de son activité proviennent de moteurs envoyés en délestage des autres sites de maintenance de Snecma (au Mexique, en Belgique, au Maroc, en France et en Chine) ou de CFM. Depuis son démarrage, l’usine a réalisé environ 500 "shop visits" ou révisions complètes de moteurs, ainsi que plus de 1000 interventions sur avion.

Triplement de l’activité

La révision complète d’un CFM 56, dont la durée de vie est de 25 à 30 ans, intervient tous les cinq à dix ans, en fonction des conditions d’utilisation. L’opération coûte plusieurs millions de dollars, et c’est une activité extrêmement rémunératrice pour les constructeurs. "A la sortie, vous avez un moteur considéré comme neuf, dont nous garantissons 90 à 95 % des performances initiales", indique Ricardo Gentil Peixoto da Costa, le tout nouveau directeur de l’usine.

Entre 2013 et 2014, l’activité du site a progressé de 30 %, et sa direction anticipe une croissance de 15 % de son activité sur les cinq prochaines années,. L’usine se prépare également à assurer la maintenance future du C919, le moyen-courrier de la Comac, dont CFM est l’unique motoriste avec le Leap. "Nous traitons actuellement en moyenne 114 moteurs par an, explique Ricardo Gentil Peixoto da Costa. Nous en traiterons 300 à l’horizon 2026".

Un nouveau site

En 2016, une nouvelle usine, trois fois plus grande, devrait donc voir le jour sur le nouvel aéroport de Chengdu. "Nous allons reprendre des techniques que nous avons mis en place à l’usine de Villaroche, l’usine d’assemblage de moteurs en France, notamment la suspension des moteurs, pour une approche plus ergonomique", explique le directeur de l’usine de Chengdu, qui ne donne pas le montant de l’investissement. L’objectif est également de diminuer à 45-50 jours la durée moyenne d’immobilisation des moteurs, actuellement de 60 jours. L’organisation industrielle du site devrait être largement repensée dans cet perspective.

A Chengdu, Patrick Déniel

0 Commentaire

CFM veut doper son activité de maintenance en Chine

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS