Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ces usines au coeur de la campagne

Pascal Gateaud , ,

Publié le

L’avenir de nombreuses usines, l’emploi et le développement des bassins d’emploi figurent parmi les principaux enjeux des élections des 23 et 30 mars.

Ces usines au coeur de la campagne

L’union sacrée ! Pas question de laisser planer un danger sur l’usine BMS-Upsa. Le premier employeur privé d’Agen (Lot-et-Garonne) fabrique sur place l’Efferalgan et le Dafalgan, deux médicaments à base de paracétamol. À peine l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait-elle envisagé, début décembre 2013, la possibilité d’inscrire certaines formes de médicaments antidouleur dans le répertoire des génériques que les salariés de BMS-Upsa sonnaient la mobilisation. Manifestation dans les rues d’Agen, lobbying auprès des élus...

Une substitution de l’Efferalgan et du Dafalgan par des génériques menacerait l’emploi des 1 400 salariés de BMS-Upsa. S’y ajoutent les 580 emplois de Sanofi qui fabrique le paracétamol le plus connu, le Doliprane, à Lisieux (Calvados) et Compiègne (Oise). La proximité des élections municipales, les 23 et 30 mars, pourrait conduire le gouvernement à ajourner la mise en concurrence de BMS-Upsa et Sanofi avec les fabricants de génériques. Et faire fi d’éventuelles économies pour l’assurance-maladie.

Les usines de BMS-Upsa et Sanofi ne sont pas les seules à être au cœur de la campagne des municipales. Fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), restructuration du verrier Arc International à Arques (Pas-de-Calais), relance de la papeterie d’Alizay (Eure), nouvel établissement pour la Maroquinerie du Puy à Chaspuzac (Loire), construction d’une usine de lait infantile par le chinois Synutra à Carhaix-Plouguer (Finistère) : "L'Usine Nouvelle" détaille cinq de ces enjeux industriels [voir articles liés].

Doit-on s’en étonner ? L’emploi et le développement économique figurent au deuxième rang – derrière les impôts locaux – des thèmes sur lesquels les Français se détermineront fin mars, selon un sondage BVA pour le quotidien "Les Échos" et Aviva publié le 20 janvier. Défiance à l’égard de la politique, sinistrose, tentation du repli sur soi… Les deux enquêtes du Cevipof et d’Ipsos, publiées en janvier, pourraient laisser croire que les électeurs n’iront pas voter. Ce serait oublier que les maires conservent un crédit élevé auprès de leurs administrés.

Inscrire les projets dans l’intercommunalité

Grande nouveauté : le scrutin fera de l’intercommunalité l’autre inconnue de ce rendez-vous. Pour la première fois, les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants éliront sur le même bulletin leurs conseillers municipaux et les conseillers communautaires chargés, notamment, du développement économique et de l’aménagement de l’espace. "Ce ne sont plus les maires qui managent tout cela, mais les équipes de l’intercommunalité", résume Jean-Pierre Balligand, le président de l’Institut de la décentralisation.

Dans les bassins d’emploi, des guichets uniques font le travail d’interface entre les entreprises et les financeurs. Les maires, tous intégrés depuis le 1er janvier dans des structures intercommunales, n’hésitent pas à faire appel aux experts de l’Association des maires de France (AMF). Car l’Union européenne vient de durcir l’attribution d’aides à la pierre (location, vente, mise à disposition de bâtiments relais…) pour soutenir l’installation et le développement d’activités nouvelles.

Les plus grandes intercommunalités peuvent compter sur leurs ressources. Valenciennes Métropole (35 communes, 200 000 habitants) dispose d’une équipe de 150 personnes. Aménagement de zones d’activités, rénovation de l’habitat minier, dépollution des friches industrielles, création de réserves foncières, aménagement d’infrastructures de transport… "Nous avons fait le choix d’une agglomération de projets et de porter notre effort sur l’autofinancement", souligne Valérie Létard, la présidente UDI de Valencienne Métropole.

Dans six ans, les conseillers communautaires seront sans doute élus au suffrage universel direct, ce qui ne manquera pas de renforcer leur légitimité et de mettre fin, en douceur, à une spécialité très française, l’émiettement communal. Beaucoup d’usines sont implantées dans des petites villes ou des villes moyennes, elles ont tout à gagner à disposer d’interlocuteurs puissants !

Pascal Gateaud

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle