L'Usine Aéro

Ces trois pépites de Bourgogne présentées au salon du Bourget

, , , ,

Publié le

La Bourgogne n’est pas une grande région aéronautique. Mais elle n’en sera pas moins représentée au Bourget.

Ces trois pépites de Bourgogne présentées au salon du Bourget
Mystère Falcon 100
© DR

La Bourgogne ne conduira aucune délégation d’entreprises à cette cinquantième édition du salon du Bourget. Mais le rendez-vous est incontournable pour les spécialistes. Parmi ces derniers, trois pépites.

PC Aviation balise son avenir

Fondée en 1978 par Jean-Paul Cloâtre, ancien responsable des achats puis directeur technique des Avions Pierre Robin, JPC Aviation s’est fait un nom dans le balisage lumineux des aéronefs. L’entreprise dirigée par Christian Escoto (2 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 60 % dans l’aéronautique, 12 salariés) est implantée sur le petit pôle d’aviation légère de Darois (Côte-d’Or). Ses produits embarqués : feux de positions, feux anti-collision, feux strobe, conçus et fabriqués seuls ou avec leur centrale d’alimentation, sont aujourd’hui dotés de diodes électroluminescentes (LED). JPC Aviation équipe en première monte des clients comme Eurocopter, les jets Falcon de Dassault Aviation, mais également New Robin Aircraft, constructeur d’avions légers. Ce savoir-faire a fait l’objet de plusieurs diversifications. JPC Aviation fournit ainsi les sociétés d’autoroutes en éclairage de sécurité et l’armée en  feux flash sur engins pour la simulation de tir.

iAéro veut décoller aux États-Unis

Depuis 2005, iAéro, également située à Darois (Côte-d’Or), développe, fabrique et commercialise des enregistreurs de vol pour le travail aérien, l’aviation générale et l’armée. Nés du cerveau de François Vignon, son président, ces équipements seront obligatoires sur tous types d’aéronefs à l’horizon 2016. Les enregistreurs de vol d’iAéro (600 000 euros de chiffre d’affaires, 10 salariés) revendiquent un avantage concurrentiel par leur polyvalence. Ils résistent aux crashs, peuvent servir d’outil pédagogique pour les écoles de pilotage et permettent l’analyse de nombreuses données pour le suivi mécanique des appareils.

"L’installation est spécifique à chaque avion et par exemple pour l’armée, le pilote peut à tout moment déconnecter certaines données par souci de secret défense", explique Francois Vignon. Conscient que le marché européen n’offrira pas des marges de croissance importantes, le fabricant a créé une filiale américaine basée en Floride. Les flottes privées et publiques y sont là-bas très nombreuses et devraient favoriser un développement rapide de l’activité pour atteindre entre 2,5 et 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à trois ans.

Pinette Emidecau Industries équipe la filière

Racheté par Jérôme Hubert, le 12 mai 2011, à la famille Lagoutte, ce fabricant de lignes de production et machines spéciales, notamment de presses hydrauliques de formage pour l’aéronautique et le spatial, se frotte les mains qu’une filière franco-française soit forte dans ces domaines. L’industriel y réalise 30 % de son activité et la moitié auprès de clients nationaux comme Airbus, Safran ainsi que de nombreux équipementiers de la région toulousaine.

Pour le spatial, ses machines servent à fabriquer des entretoises de satellites et des moyens d’assemblage de pièces. L’entreprise (25 millions d’euros de chiffre d’affaires, 120 salariés), implantée à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), conçoit aussi des équipements pour des pièces d’aéronefs et d’hélicoptères : carrosserie, renforts d’ailes, pales et rotors, de plus en plus souvent en matériaux composites.

De notre correspondant en Bourgogne, Didier Hugue

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte