Ces moyens de transport incroyables que vous utiliserez demain : Pégase, le buggy volant

Cette semaine, notre série d'été nous fait voyager à bord des moyens de transport innovants qui circuleront peut-être dans nos rues demain. Aujourd'hui, L'Usine Nouvelle vous emmène à bord du Pégase, un buggy volant présenté en juin 2014 par la start-up française Vaylon au salon international de défense et de sécurité Eurosatory. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Ces moyens de transport incroyables que vous utiliserez demain : Pégase, le buggy volant

Le Pégase, comme son grand frère mi-cheval mi-oiseau, est un moyen de transport hybride, capable de véhiculer ses passagers aussi bien sur terre que dans les airs. Cette étrange combinaison, qui tient à la fois du buggy et de l'ULM, a été imaginée par la jeune pousse basée à Strasbourg Vaylon.

Créée spécialement pour mener à bien ce projet, la start-up travaille en partenariat avec la Direction générale de l'armement, qui lui apporte un soutien financier et technique, via le dispositif de subvention Rapid. Les deux structures veulent créer une version militaire du Pégase, mais il est également destiné à être utilisé dans le monde civil.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

3 000 mètres d'altitude

Présenté au salon international de la défense et de la sécurité Eurosatory, il pourrait être le premier véhicule homologué sur route et dans les airs par la règlementation européenne. Sur la terre ferme, c'est la réglementation buggy qui prime (requiert le permis B, peut rouler partout sauf sur autoroutes). Dans le ciel, il tombe dans la catégorie ULM classe 1, dite paramoteur (qui utilise une toile souple de parapente).

Le Pégase peut faire du rase-motte, mais est aussi capable de voler dans les hauteurs, jusqu'à 3 000 mètres d'altitude. Il n'a besoin que de 100 mètres pour décoller, et même seulement de 50 lorsque les conditions sont favorables (un léger vent de face). Il peut prendre son envol depuis n'importe quel terrain, et pas seulement d'un aérodrome comme c'est le cas pour les ULM. Pour atterrir, l'appareil n'a besoin que de 15 à 30 mètres, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Lélia de Matharel

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS