Ces industriels qui manquent cruellement au fonds de la Silver Economie

La filière pour l’économie des seniors ne chôme pas. Elle vient de boucler le premier tour de table de son fonds d’investissement sectoriel, qui investira dans une dizaine de PME innovantes. Mais les industriels ont manqué à l’appel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Ces industriels qui manquent cruellement au fonds de la Silver Economie

En décembre 2013, ils avaient dégainé un contrat de filière industrielle quasi exemplaire. Deux mois plus tard, les acteurs de la Silver Economie ont déjà bouclé le premier closing de leur fonds d’investissement sectoriel, baptisé SISA. Prometteur, pour un secteur qui ambitionne de faire du vieillissement une opportunité économique pour l’industrie française.

Dommage pourtant qu’aucun industriel n’ait participé à ce tour de table de 42 millions d’euros emmené par Bpifrance, la filiale commune à l’Etat et à la Caisse des Dépôts. Cette dernière a injecté dix millions d’euros, et convaincu les groupes de prévoyance Klesia, Malakoff Mederic, OCIRP, IRCEM, Reunica, Humanis, et une mutuelle, Harmonie Mutuelle, d’investir chacun au moins trois millions d’euros.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mobiliser les géants industriels lors des prochains tours de table

Alors que les fédérations professionnelles (FIEEC, FFTelecoms, SYROBO…) et des géants comme Legrand et Orange se sont investis dans la mise en place de la filière, les industriels se seraient-ils montrés frileux à l’idée de mettre déjà la main au porte-monnaie ? "Naturellement nous avons rencontré et nous continuons de rencontrer un grand nombre d’industriels, tous secteurs confondus : des opérateurs télécoms à l’industrie pharmaceutique, nous répond Valéry Huot, managing partner d’Innovation Capital, la société de capital-investissement (filiale de la Caisse des Dépôts) chargée de diriger ce fonds. Nous espérons en convaincre pour les prochains tours de table." Selon la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, Michèle Delaunay, le secteur pourra aussi compter sur l’engagement "d’autres investisseurs dans des véhicules divers et variés".

Créer des entreprises de taille intermédiaire

On espère que les grandes entreprises sauront être au prochain rendez-vous. Car le fonds, dédié aux services innovants à la santé et à l’autonomie, ambitionne de réunir cent millions d’euros dans les douze prochains mois. Avec l’objectif d’investir des tickets de deux à dix millions d’euros dans une dizaine de PME "innovantes et prometteuses", capables de se développer à l’international. "La Silver Economie, ce sont actuellement des start-up et quelques leaders mondiaux, mais nous voulons des entreprises de taille intermédiaire, insiste Michèle Delaunay. Il faut leur permettre d’arriver à cette taille."

Les candidates devront déjà réaliser quelques millions d’euros de chiffre d'affaires, et surtout proposer une offre intégrant à la fois des outils technologiques (capteurs, objets connectés, domotique, robotique…) et une innovation organisationnelle (formation, sécurité, prévoyance, prévention, suivi sanitaire et social…) mise au service de la personne âgée et de ses aidants.

Le fonds pourra venir en relais de fonds régionaux et d’amorçage ayant financé les premières étapes dans le lancement de nouvelles entreprises. Les noms des deux premières et heureuses élues pourraient être dévoilés dans les deux prochains mois. "Nous sommes parmi les cinq leaders mondiaux de la longévité. Nous espérons avec cette dynamique être très rapidement identifiés comme l’un des cinq leaders mondiaux de la Silver Economie", veut croire Michèle Delaunay.

Gaëlle Fleitour

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS