[CES 2018] L’Alliance Renault-Nissan veut mettre le paquet sur les start-up

Présent au CES, Carlos Ghosn a confirmé la création d’un fonds de capital-risque regroupant les trois constructeurs de l’Alliance et destiné à investir dans des start-up. Priorité donnée à celles qui œuvrent dans les nouvelles mobilités.

Partager

[CES 2018] L’Alliance Renault-Nissan veut mettre le paquet sur les start-up
Carlos Ghosn a officialisé la création d'un fonds de capital risque à l'échelle de l'Alliance.

Tout juste créé, le fonds de capital-risque de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a déjà réalisé sa première opération : c’est la start-up américaine Ionic Materials, spécialisée dans la recherche autour des batteries solides – une "idée prometteuse", aux yeux de l’entité franco-japonaise – qui en sera la bénéficiaire. Présent au CES de Las Vegas, le président-directeur général de l’Alliance, Carlos Ghosn, a officialisé la naissance de cette structure, dans laquelle il voit en particulier un moyen de "soutenir les efforts de l’Alliance autour des services de mobilité".

"Cette structure portera un intérêt clair sur les innovations en termes de nouvelles mobilités. Car, si nous continuerons à vendre des véhicules pour répondre notamment aux besoins des pays émergents, les services, relatifs en particulier à la mobilité urbaine, constitueront à l’avenir une véritable source d’opportunités", a détaillé le PDG de l’Alliance. Souhaitant "répondre à cette évolution", les trois constructeurs comptent donc sur cette nouvelle structure pour "chercher des start-up qui fournissent une technologie ou un service unique, ou que l’Alliance ne serait pas capable de développer avec le même succès", a précisé Carlos Ghosn.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le fonds, financé à 80% par Renault et Nissan et à 20% par Mitsubishi, devrait investir au cours de la première année 200 millions de dollars – autour de 167 millions d’euros – pour monter potentiellement à un milliard de dollars – plus de 800 millions d’euros – sur les cinq années à venir. "C’est ce que nous investirons si nous identifions de bonnes opportunités", estime Carlos Ghosn. Des opportunités qui doivent profiter aux trois constructeurs de l’Alliance, a martelé son PDG. Une démarche en phase avec les volontés de synergies croissantes. L’Alliance a annoncé souhaiter doubler le montant des synergies annuelles entre ses trois membres pour atteindre 10 milliards d’euros à la fin 2022.

Un fonds qui se veut agile

Pour identifier les bonnes start-up, le fonds sera établi au cœur des écosystèmes, au sein de la Silicon Valley américaine, à Tel Aviv en Israël, à Pékin en Chine ou encore à Paris. Il sera aussi doté de sa "propre gouvernance", souligne son directeur, François Dossa. Après avoir passé plusieurs années dans le domaine de la finance, l’homme a occupé le poste de PDG de Nissan au Brésil. C’est lui qui aura la charge de faire de cette structure un instrument "capable de prendre des décisions rapides et d’apporter des réponses qui le seront autant aux start-up", à rebours de la traditionnelle "lenteur des grosses entreprises", selon ses propres termes.

Au total, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi rejoint la (longue) liste de constructeurs automobiles ayant déployé un fonds de capital-risque. BMW s’est ainsi doté d’un fonds 500 millions d’euros, un record à l’heure actuelle, afin de prendre des participations dans des spécialistes de la voiture autonome ou du covoiturage. En France, PSA a aussi créé un fonds de 100 millions d’euros.

Julie Thoin-Bousquié Journaliste en charge de la rubrique Auto
Julie Thoin-Bousquié

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS