Century voit la hausse des prix de l'immobilier s'essouffler

par Juliette Rouillon

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Century voit la hausse des prix de l'immobilier s'essouffler

PARIS (Reuters) - Les prix du logement devraient se stabiliser au second semestre en France, après avoir quasiment retrouvé leurs niveaux d'avant la crise, estime le réseau Century 21, qui table sur une hausse de 6% sur l'année.

Cette étonnante résistance du marché est due avant tout à la faiblesse des taux d'intérêt, mais aussi, depuis le second semestre 2009, à la ruée des classes aisées sur l'immobilier.

Pendant la première moitié de l'année, les prix ont augmenté de 4,9% en moyenne par rapport au second semestre 2009 et de 8,5% par rapport au premier semestre 2009, a précisé mardi à la presse Laurent Vimont, président du réseau d'agences.

"La hausse des prix reste fragile. Elle n'atteindra pas plus de 6% en 2010 et il n'est pas improbable de voir des corrections à la baisse dans certaines régions", a-t-il déclaré.

Les prix ont d'ores et déjà commencé à baisser au premier semestre dans quatre régions, où la hausse avait été trop forte et trop rapide : Pays-de-Loire (-5,86%), Baisse Normandie (-6,49%), Haute Normandie (-4,15%) et Franche-Comté (-2,94%).

Lors de leur dernière présentation en janvier, le réseau de 900 agences, filiale du groupe Nexity, avait prédit une hausse des prix en France située entre 1% et 3% cette année, à condition que les taux d'intérêt restent stables.

Selon Laurent Vimont, les prix dans l'ancien ne sont pas loin d'avoir atteint des plafonds au-delà desquels les ménages renoncent à réaliser leurs projets d'acquisition, entraînant un gel des volumes et une retombée rapide des prix sur le marché.

AU BOUT DU BOUT

"Les acheteurs n'ont pas un pouvoir d'achat illimité et on est au bout du bout. L'élastique est tiré à fond", a-t-il dit.

Paris fait encore une fois figure d'exception, avec une nouvelle hausse de 10,4% sur six mois et de 15% sur 12 mois, les prix ayant largement dépassé leurs niveaux d'avant la crise.

Cette envolée des prix ne porte pas atteinte aux volumes de vente parisiens qui ont augmenté de 11,3% sur un an et de 13,2% sur trois mois, alors que le délais moyen de vente a encore diminué de 27 jours et n'est plus que de 48 jours.

Sur l'ensemble de l'année, Century 21 table sur une nouvelle progression des prix à Paris de 15%, grâce à une demande en forte hausse des cadres supérieurs et des professions libérales, qui représentent désormais près de 42% des acquisitions.

Dans un environnement très incertain, notamment en matière de retraites, "l'immobilier a plus que jamais retrouvé son caractère de valeur refuge absolue", a déclaré Laurent Vimont.

Selon lui, les projets de recentrage des aides au logement - qui coûtent sept milliards d'euros par an à l'Etat - vers les classes moyennes et les primo-accédants vont dans le bon sens.

Edité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS