Centre des jeunes dirigeants d'entreprise

Publié le

Centre des jeunes dirigeants d'entreprise © CJD

La commission du Grand emprunt a rendu hier son rapport. Si le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise soutient les pistes dégagées par la Commission, qui l’a auditionné, il estime néanmoins que le pari de l’avenir n’est pas seulement dans des dépenses supplémentaires, mais qu’il faut penser plus large, en se dotant d’une véritable vision.

o La Commission sur le Grand emprunt remet aujourd’hui son rapport au Président de la République. Auditionné par MM. Rocard et Juppé le 15 octobre 2009, le CJD a rappelé que selon lui, c’est d’une véritable vision de l’avenir, plutôt que de moyens financiers supplémentaires, dont la France a besoin.

o Ce grand emprunt prend finalement une forme semblable à ceux que la France réalise régulièrement sur les marchés financiers. La différence est que cet emprunt est doté d’une vision, avec un impératif et un principe de concentration des dépenses sur les secteurs d’avenir. Le CJD pense qu’un effort réel sur la recherche et le développement (R&D), les universités ou encore les PME innovantes est un pari constructif.

A cet égard, le CJD estime que l’attribution des fonds de ce grand emprunt doit être faite sur des critères de performance qui ne soient pas seulement économiques, mais aussi sociaux, sociétaux et environnementaux. C’est ce que le CJD promeut activement sous le nom de « Performance globale ». C’est indispensable pour changer notre modèle de croissance et pour le rendre vertueux.

o Pour autant, l’emprunt ne doit pas être le seul moyen de préparer l’avenir. Surtout si celui-ci pose une sérieuse option sur l’avenir des finances publiques. Le CJD appelle donc à étendre et à approfondir cette vision nouvelle, et il appelle à davantage d’ambition. « L’avenir ne se prépare pas qu’avec de l’argent ou par des aides : il faut favoriser l’innovation, l’émergence, les investissements, et le développement des entreprises. Et l’on doit créer un terreau favorable à cela », explique Gontran Lejeune, Président du CJD. Le CJD est d’ailleurs heureux de voir que l’innovation n’est plus exclusivement entendue en termes scientifiques, comme il le recommandait. Le CJD se réjouit de la proposition de créer des fonds pour l’innovation sociale.

o La place des entreprises est donc centrale dans cette démarche. Elles doivent être un relai permanent et un acteur central de ce pari d’avenir. Mais l’Etat doit les soutenir dans cette tâche, et pas seulement par des aides financières.

 

 

o L’émergence et l’innovation viennent par la pédagogie, mais il faut aussi permettre aux entreprises de se développer, d’investir, de se rapprocher entre elles. Il est indispensable aujourd’hui de lever les barrières, qu’elles soient administratives, fiscales, culturelles ou psychologiques.


o Le CJD insiste sur la nécessité d’accompagner le développement des entreprises, en renforçant leurs fonds propres et en facilitant la mutualisation de moyens ;

o Le CJD propose de défiscaliser la partie des bénéfices qui seront investis en capitaux propres ;

o Enfin, le CJD souhaiterait rendre plus efficaces les pôles de compétitivité en y associant les TPE-PME;

o Le CJD propose de pérenniser notre système de protection sociale et d’abaisser le coût du travail en basculant le financement de la protection sociale vers la consommation, avec la Contribution sociale sur la consommation (CSCO).

Site :

www.cjd.net


Contact presse
Aude de Castet
Tél : 06 10 59 84 93

aude@cjd.net



À PROPOS DU CJD :
Le CJD est un mouvement patronal, né en 1938, qui rassemble 3300 chefs d’entreprise et cadres dirigeants animés par la commune conviction que l’économie doit être au service de l’homme.
Le CJD a pour objectif d’accompagner dans sa mission tout jeune dirigeant soucieux d’améliorer sa performance et celle de son entreprise, de façon responsable, c’est-à-dire : d’équilibrer la liberté d’entreprendre par la responsabilité sociale, sociétale et environnementale.
Le CJD permet à ses membres de réfléchir pour prendre du recul et anticiper, de se former pour progresser, d’expérimenter pour innover, de s’engager pour influencer.

71 ANS D’ENGAGEMENT POUR UNE ÉCONOMIE AU SERVICE DE L’HOMME
Le Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise est un mouvement patronal indépendant créé en 1938 pour réhabiliter la fonction patronale et mettre l’économie au service de l’Homme. Le président national - Gontran Lejeune, élu pour un mandat de deux années - engage le mouvement tout entier à : « Explorer de nouvelles voies qui tiennent compte des dimensions sociales, sociétales et environnementales de l’entreprise ». Le CJD compte aujourd’hui plus de 3 300 chefs d’entreprise et cadres dirigeants en France, près de 700 à l’international et 25 correspondants dans le monde. À ce jour, plus de 45 000 chefs d’entreprises toujours en activité sont passés par le CJD.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte