Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Cenntro Motor projette d’investir 30 millions dans la reprise de SITL

, , ,

Publié le

Le groupe américain Cenntro Motor a présenté son plan de reprise de SITL au tribunal de commerce de Lyon (Rhône) qui a mis son jugement en délibéré jusqu’au 18 juin.

Cenntro Motor projette d’investir 30 millions dans la reprise de SITL

Cenntro Motor a levé quelques doutes sur son projet de reprise du fabricant lyonnais de véhicules utilitaires électriques et de filtres d’assainissement SITL. Approché par l’Agence pour le développement économique de la région lyonnaise (Aderly) en avril, le groupe américain a peaufiné son plan en six semaines. Sans balayer toutes les inquiétudes des salariés. A l’exception de la CGT qui dénonce un gaspillage des aides de l’Etat et le manque de soutien public à son projet de remanufacturing de lave-linge, les représentants du personnel se sont déclarés relativement confiants à l’issue de l’audience du tribunal de commerce de Lyon (Rhône) du 6 juin, après avoir manifesté le matin en comité d’entreprise un certain attentisme en s’abstenant sur le projet de Cenntro Motor.

Investissement de 30 millions d'euros

Celui-ci projette d’investir globalement 30 millions d’euros. Une première tranche de 15 millions d'euros serait dédiée au besoin en fonds de roulement de sa nouvelle société, à l’outil industriel pour redémarrer les fabrications de véhicules utilitaires électriques et de filtres d’assainissement. Les dirigeants américains souhaitent que la ligne de production de lave-linge soit démontée dans les plus brefs délais pour réorganiser l’usine lyonnaise. 15 autres millions seraient investis ultérieurement dans la fabrication de batteries lithium ion à Lyon, Cenntro souhaitant abandonner les batteries chaudes fournies actuellement par une entreprise suisse.

Le groupe américain, dont le siège est dans le Nevada, produit des moteurs diesel, des transmissions automobiles et assemble des batteries lithium ion et s’est diversifié dans les véhicules électriques. Il emploie 1 900 personnes pour un chiffre d’affaires annoncé de 250 millions d’euros. A partir de leurs sites américains et chinois et de l’usine lyonnaise de SITL, il souhaite devenir "leader mondial des véhicules utilitaires électriques", selon Didier Verriest qui devrait diriger la société française issue de SITL.

Au plan social, Cenntro Motor s’est engagé à conserver 300 emplois sur le site lyonnais pendant au moins cinq ans. SITL emploie à ce jour 395 personnes. Seuls quarante personnes retrouveraient effectivement un travail dès la création de la nouvelle société. L’Etat, des Organismes paritaires agréés (OPCA), la région participeront au financement d’un dispositif de formation pour près de 150 salariés pendant une durée de douze à dix-huit mois, cent seize autres étant progressivement réintégrés dans les ateliers et les bureaux d’ici à la fin de l’année, après une période de chômage partiel. Cinquante départs en retraite sont projetés dans les quatre ans. Quarante salariés en congés maladie ou de longue durée resteraient indemnisés par la sécurité sociale.

La dette sociale de 6 millions d'euros sera épongée pour un peu plus de la moitié par Cenntro Motor, les AGS - le régime de garantie des salaires - étant appelés à faire un effort supplémentaire pour effacer la totalité de ce passif.

Vincent Charbonnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle