Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Ce que le rachat de Tenke par China Molybdenum à Freeport va changer sur le marché du cobalt

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

La vente, par l’américain Freeport-McMoRan, de ses 56% du complexe de cuivre et de cobalt de Tenke Fungurume Mining (TFM) en République démocratique du Congo au chinois CMOC va participer à concentrer le secteur.

Ce que le rachat de Tenke par China Molybdenum à Freeport va changer sur le marché du cobalt © Katanga Mining

La prise de contrôle, par une entreprise chinoise, du complexe de Tenke Fungurume Mining en RD Congo à travers le rachat des 56% détenus par l’américain Freeport-McMoRan est, à bien y regarder, plus importante qu’il n’y paraît. China Molybdenum Co (CMOC) dirigera donc ce complexe ultramoderne d’extraction et de transformation de cuivre et de colbalt, aux côtés de Lundin Mining (24%) et de la compagnie publique Gécamines (20%). La transaction, qui pourrait concerner également la raffinerie de cobalt de Kokkola en Finlande, devrait être finalisée en fin d’année. Sauf si Lundin exerçait son droit de préemption sur les parts mises en vente par Freeport-McMoRan.

La Chine renforce son autonomie

En 2015, Tenke a produit 210 000 tonnes de cuivre et 15 880 tonnes de cobalt, ce qui le place en volume juste derrière la filiale locale de Glencore, Mutanda. Selon des données des douanes consultées par le Metal Bulletin, la Chine a importé en 2015 un total de 227 040 tonnes de concentrés de cobalt, dont la teneur en métal peut être évaluée entre 15 000 et 20 000 tonnes.

Autrement dit, la Chine pourrait quasiment assurer son indépendance sur ce métal stratégique, surtout pour un pays développant des capacités dans les batteries et la haute technologie.

En recherche constante de croissance externe, CMOC avait déjà racheté fin avril les mines, gisements et unités de transformation de niobium et de phosphates d’Anglo-American situées dans les Etats de Goiás et São Paulo au Brésil, ainsi que leurs représentations commerciales au Royaume-Uni et à Singapour. Le tout pour un montant de 1,5 milliard de dollars, selon le Metal Bulletin.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle