Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ce que le général de Villiers a à nous dire sur la gestion de nos entreprises

Sybille Aoudjhane ,

Publié le

Etude A l'heure du développement du télétravail, une enquête Ifop prend le contre-pied et analyse les enjeux des interactions humaines. Elle pose la question : "Et si on se parlait?". L'occasion pour le général de Villiers d'apporter ses conseils pour aider à mieux diriger.

Ce que le général de Villiers a à nous dire sur la gestion de nos entreprises
Pour le Général Pierre de Villiers, il faut remettre l'homme au centre de l'entreprise.
© Wikimédia Commons/ CC.

"Il faut remettre la personne au cœur des préoccupations", martèle le général Pierre de Villiers, ancien chef d’Etat-Major des Armées. Le général était à la tête de plus de 250 000 hommes et femmes et a coordonné le déménagement du ministère des Armées à Balard, à Paris. Fort de ses quarante ans de carrière, il a quelques conseils à livrer.

Le baromètre Paris Workplace a travaillé avec Ifop pour réaliser une étude sur le lien entre l’interaction au bureau et la performance. Une interaction que le général de Villiers considère comme étant une "vraie problématique dans notre société". Avec le télétravail, la communication à distance et certaines configurations de bureaux, un quart des salariés disent se sentir souvent isolés dans leur travail, selon l'étude. 

Que peut-on faire?

"Inquiétude, manque de temps, éloignement, individualisme", quatre grands maux qui minent la société à toutes les échelles. Les mots du général sont aussi bien valables pour les militaires que pour les civils, pour les opérations de terrain que pour les entreprises. Ces quatre mots pèsent sur les salariés et sont des "facteurs de pression". "Le manque de temps lié aux nouvelles technologies ne favorise pas la prise de recul des dirigeants qui ne valorisent pas la vraie richesse du capital humain", explique l’auteur de Qu’est-ce qu’un chef.

Appliqué à l’entreprise, le manque d’interaction en entreprise engendre une situation de salariés plus stressés, moins heureux au travail, moins performants et moins fidèles.

A ces quatre maux, quatre solutions : "Confiance, autorité, stratégie, leadership". Comme dans un discours de pré-opération, le militaire détache ses mots. "Redonner confiance permet l’adhésion qui l’emporte sur la contrainte". Il rappelle qu’en bon latin, autorité veut dire faire grandir et s’éloigne totalement d’une certaine "dureté froide". Mais il le concède : "c’est plus dur qu’il y a dix ans".

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/06/2019 - 10h09 -

Ce qu'on demande aux chefs c'est de savoir ou il faut aller ? Comme la plupart du temps personne ne le sait, c'est donc pas étonnant que cette situation se transforme en malaise ! Surtout si en plus on vous demande de faire des économies ! Parce qu'il faudra bien apurer les dettes que nos banques nous ont transmises avec les sub primes,les milliards que nous versons chaque années à l'Europe ainsi qu'à la facture énergétique.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle