Ce que le 11 septembre a bouleversé dans le nucléaire

Publié le

L'effondrement des deux tours du World Trade Center, à New York, il y a 10 ans maintenant, a marqué par la force de son symbole… Mais si les terroristes avaient visé une centrale nucléaire, les dégâts auraient pu être beaucoup plus importants. Un risque intégré dans les plans de protection des centrales nucléaires.

Ce que le 11 septembre a bouleversé dans le nucléaire © goya - Flickr - C.C.

Le 11 septembre 2001 a eu un écho considérable dans le monde nucléaire. L'attentat a poussé les instances internationales à revoir l'ensemble des mesures de sécurité du secteur. Il ne s'agissait pas seulement de scénariser la chute d'un avion sur un réacteur mais de prévenir toute action "de vol et de sabotage" quelle qu'en soit l'origine.

Dix ans après, certaines réglementations sont toujours encore en cours d'ajustement pour prendre pleinement en compte le "retour d'expérience" des attentats de New-York.

Les premières mesures ont été prises par l'ONU et son agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Plusieurs directives ont poussé les pays à renforcer la protection physique des matériaux nucléaires lors des transferts internationaux, mais également lors des transports domestiques.

Une remise à jour de la sécurité

Ces obligations ont été traduites en France lors de la réévaluation du code de la Défense et en particulier la partie concernant "la protection des installations vitales". Le travail a consisté a imaginé l'ensemble des menaces possibles pour le vol et le sabotage et les réponses associées.

Qu'il s'agisse de se prémunir d'une foule en colère, jusqu'à se protéger d'un groupe d'hommes restreints armés et entraînés. Un sacré travail puisqu'avant les attentats de New York, les procédures sur le vol dataient de 1980 et celles sur le sabotage de 1958 !

La mesure la plus visible aura été la création de pelotons spécialisés de protection de gendarmerie (PSPG), basés sur chaque centrale nucléaire. Autre exemple, les exercices de sécurité, auparavant locaux, ont été étendus au niveau régional et national.

Par ailleurs, il est désormais de la responsabilité des opérateurs de sites de développer des systèmes cachés de détection, d'identification et d'alarme face aux menaces. En parallèle, le responsable du site doit aussi mettre en place des systèmes de retard de progression de la menace afin de laisser le temps à la force publique d'agir. La mise en place de barbelés et la menace de poursuites pénales en cas d'intrusion sont deux des mesures les plus visibles.

Le secret autour des avions

Le 11 septembre a bien évidement soulevé la question de la chute accidentelle ou volontaire d'un avion sur une centrale nucléaire. Des mesures ont été prises sur la structure même des réacteurs mais "vous ne saurez rien de ce sujet, précise Jêrome Joly, directeur de l'expertise nucléaire de défense à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Expliquer les mesures de sécurité prise contre un sabotage est une défaillance de sécurité".

Même son de cloche du côté du gendarme du nucléaire, l'Autorité de Sureté nucléaire (ASN) : "La projection intentionnelle d'un avion commercial sur les réacteurs nucléaires a été examinée. La confidentialité qui s'attache à ces sujets ne permet pas de préciser davantage les scénarios pris en compte ni la nature des réponses apportées."

Le réacteur français de troisième génération, l'EPR, a été dimensionné pour résister à la chute d'un avion de ligne ou d'un avion de chasse. Les réacteurs de deuxième génération ne sont, quant à eux, pas conçu pour faire face à un tel accident.

Toutefois, selon l'IRSN, leur comportement aurait été testé face à ce type de menace. Et avec succès. A moins que cette affirmation de l'opérateur EDF soit, d'abord et avant tout, un plaidoyer pro domo.

D'autres articles sur les conséquences du 11 septembre sur l'activité industrielle sont à découvrir dans notre dossier spécial.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte