Tout le dossier Tout le dossier

Ce que la fusion EADS-BAE apportera à Airbus, les précisions de Fabrice Brégier

Le PDG enclenche une nouvelle réorganisation visant à autonomiser les patrons de ses usines. Sur la fusion EADS-BAE, Fabrice Brégier estime qu’elle peut permettre au constructeur aéronautique de développer son activité au Royaume-Uni et sur le marché de l’aviation militaire.

Partager
Ce que la fusion EADS-BAE apportera à Airbus, les précisions de Fabrice Brégier

L’Usine Nouvelle - Airbus vient d’annoncer le lancement d’un nouveau plan de réorganisation. Quel en est l’objectif ?
Fabrice Brégier - Power 8, le plan précédent, était indispensable. Il a fallu être courageux pour lancer l’A350 à une période où Airbus était au fond du trou. Maintenant que nous avons franchi cette étape, nous enclenchons la seconde étape. Il s’agit cette fois de rebondir, de gagner des parts de marché, de redevenir conquérant, notamment en lançant l’A320 Neo.

En quoi le fonctionnement du groupe sera-t-il différent ?
La nouvelle organisation permettra de donner davantage de marge de manœuvre aux usines. Nous allons remettre les équipes locales sous la responsabilité des directeurs de sites pour leur apporter plus d’agilité et de réactivité dans les cycles de prise de décision.

Aujourd’hui, lorsqu’un directeur d’usine rencontre un problème et qu’il a besoin de davantage de ressources, il lui faut franchir de multiples barrières hiérarchiques et la boucle est très longue. Nous prenons le risque de ne pas résoudre le problème à temps et de perdre beaucoup d’argent. Désormais, s’il y a un manque d’ingénieurs, un directeur de site pourra contacter directement le directeur ingénierie pour qu’il lui affecte temporairement des ressources.

Et dans le cas d’un problème avec un fournisseur ?
De la même manière, le directeur de site pourra mobiliser temporairement des experts de notre division Supply Chain Management s’il en éprouve le besoin. Il n’y a qu’en cas de problème majeur que l’on fera intervenir la direction achats du groupe. En clair, nous souhaitons apporter de la flexibilité à nos managers pour leur donner les moyens de réussir leurs objectifs. Et pour cela, il nous faut revenir à une organisation simple, qui rompt avec l’inertie habituelle des grands groupes.

Vous avez annoncé que ce plan serait effectif en janvier 2013. Et après, quelle sera la prochaine étape ?
Nous n’allons pas multiplier les plans indéfiniment, car nous serons sur une politique d’amélioration continue. Même si Power 8 était nécessaire pour réduire nos coûts (et il a été efficace puisqu’il a permis d’économiser 2 milliards d’euros par an), nous avons mis en place une organisation capable de s’améliorer d’elle-même au fil des années.

Quel avenir pour les usines européennes du groupe ?
Les grands groupes qui marchent sont ceux qui savent investir dans l’innovation tout en conservant un outil de production compétitifs. Aujourd’hui, Airbus innove et lance de nouveaux produits (A380, A350), mais il y a un problème de compétitivité dans nos usines qui fabriquent des avions d’ancienne génération. Nos usines sont rentables sur les technologies de pointe, mais cela ne sert à rien de s’arc-bouter sur des productions pour lesquelles nous ne sommes plus compétitifs. Sur ces vieilles technologies, il nous faudra apprendre à travailler avec d’autres fournisseurs, d’abord avec nos PME européennes, ensuite dans les pays low cost.

Est-ce qu’Airbus a quelque chose à gagner dans le projet de fusion EADS-BAE ?
Je pense que c’est une bonne chose d’avoir à notre capital un groupe comme BAE Systems, qui est déjà un grand actionnaire britannique mais aussi international. Cela devrait nous permettre de développer du business. Nous pensons en particulier au Royaume-Uni où nous pourrons développer notre image, bien que celle-ci soit déjà très forte puisque nous y avons déjà des usines qui fabriquent les voilures de nos appareils.

Et en termes d’organisation ?
Je crois qu’Airbus a tout intérêt à devenir le plus solide possible. On voit que c’est le cas pour nos concurrents, comme Boeing qui a des activités bien réparties sur des sites différents. Cela permet de dépasser plus facilement des challenges techniques importants.

Vous pensez qu’un tel actionnaire vous aurait permis de battre Boeing sur le contrat des 179 avions ravitailleurs pour l’US Air Force, par exemple ?
Je ne saurais le dire, mais avoir un groupe qui a déjà une très forte crédibilité dans le secteur militaire aux Etats-Unis, ce serait un atout considérable pour développer les versions militarisées de nos appareils.

Propos receuillis par Thibaut de Jaegher, Frédéric Parisot et Patrick Déniel

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Aéro - Spatial

"EADS doit en profiter pour revisiter sa stratégie"

Aéro - Spatial

EADS-BAE : "Le projet industriel est passé totalement au second plan"

Editorial

EADS, BAE et les égoïsmes nationaux

Aéro - Spatial

EADS-BAE : selon EADS, l'Allemagne a saboté les négociations

Aéro - Spatial

L'échec de la fusion EADS-BAE souligne le double discours des Etats

Editorial

EADS-BAE, une fusion dont personne ne voulait

Aéronautique

EADS-BAE : florilège de réactions à la fusion avortée

Aéro - Spatial

"L'échec EADS-BAE, c'est l’échec de l’Europe de la défense !"

Aéro - Spatial

EADS-BAE : les raisons d’une fusion ratée

Aéro - Spatial

EADS-BAE : Les faiblesses d'une méga fusion

Aéro - Spatial

EADS-BAE : échec des négociations en vue de la fusion

Aéro - Spatial

EADS et BAE : décision ce mardi sur le projet de fusion

Aéro - Spatial

EADS- BAE : fusion, négociations et... confusion

Aéro - Spatial

Fusion EADS-BAE : les négociations s'accélèrent

Aéro - Spatial

EADS – BAE Systems : Enders prêt à discuter avec les Etats

Aéro - Spatial

EADS, une entreprise...tout sauf normale

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : la France et l'Allemagne auraient négocié 9 % chacun

Aéro - Spatial

Lagardère s’estime lésé dans le cadre de la fusion EADS – BAE Systems

Aéro - Spatial

Fusion EADS-BAE : les syndicats avancent en ordre dispersé

Aéro - Spatial

La fusion BAE Systems - EADS pourrait prendre plus de temps

Aéro - Spatial

Aéronautique et défense : EADS-BAE, la négociation patine

Aéro - Spatial

EADS / BAE : Tom Enders favorable à une répartition 60/40%

Aéro - Spatial

EADS / BAE Systems au coeur des discussions ministérielles cette semaine

Aéro - Spatial

Aéronautique et défense : Le big bang de la fusion EADS - BAE

Aéro - Spatial

EADS/BAE : des "discussions avancées et constructives" avec les gouvernements

Aéro - Spatial

Des "obstacles techniques à lever" dans la fusion EADS/BAE

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : le gouvernement français prend son temps

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : pour la presse européenne, le mariage n'aura pas lieu

Aéro - Spatial

Fusion EADS/ BAE : un "test" pour l'américain Lockheed Martin

Aéro - Spatial

"Avec EADS, BAE sera un redoutable concurrent"

Aéro - Spatial

EADS/BAE Systems vs Boeing : les rapports de force

Aéro - Spatial

Fusion EADS/BAE : Tom Enders rassure les salariés, les syndicats s'inquiètent

Aéro - Spatial

EADS/BAE Systems : "Un Airbus de la défense intéressant" pour la CFE-CGC

Aéro - Spatial

EADS-BAE : pas d’impact sur Airbus et ses employés

Aéro - Spatial

Qui est BAE Systems, futur allié d’EADS ?

Editorial

EADS-BAE : les trois défis du nouveau géant de l’aéronautique

Aéro - Spatial

Rapprochement EADS - BAE : le gouvernement et Lagardère attentifs

Aéro - Spatial

En avalant le britannique BAE, EADS réussirait le coup parfait

Aéro - Spatial

EADS négocie une fusion avec le britannique BAE Systems

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - Orly

Mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la passation et le suivi de certains marchés

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS