Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Ce que l’on sait sur l’explosion du 8 août en Russie

Juliette Berne , ,

Publié le , mis à jour le 14/08/2019 À 11H57

ACTUALISE] Deux jours après l’explosion, la Russie est sortie du silence et a reconnu via un communiqué que l’incident survenu le 8 août dans une base de tirs de missiles au nord du pays était bien de nature nucléaire.

Ce que l’on sait sur l’explosion du 8 août en Russie © Capture vidéo Euronews

Le samedi 10 août, l’agence officielle nucléaire russe Rosatom a confirmé dans un communiqué de presse que l’explosion survenue deux jours plus tôt dans le Grand nord avait un caractère nucléaire. L’incident aurait fait selon ce même communiqué cinq morts et trois blessés par brûlure.

Dans les heures ayant suivi l’explosion, le ministère de la Défense russe avait seulement déclaré que les faits s’étaient produit au cours de l’essai d’un "moteur-fusée à ergols liquides" le 8 août peu avant 11h (heure locale) et que deux morts de spécialistes ainsi que six blessés étaient à déplorer. Il ajoutait qu'aucune substance dangereuse n'avait été libérée dans l'atmosphère. Mais la navigation des bateaux au nord de la zone a été interdite de façon préventive.

Ce accident serait lié aux tests d'armes de nouvelle génération, les missiles de croisières "Bourevestnik", une des nouvelles armes réputées "invincibles".

Une "brève hausse de radioactivité" enregistrée

Située dans le village de Nionoksa, dans la région d'Arkhangelskla base de tests de missiles où a eu lieu l'accident a été ouverte en 1954. La mairie de Severodvinsk située à une trentaine de kilomètres de la base a constaté "une brève hausse de la radioactivité" avant de retirer l’information de son site internet. Une grande partie des 190 000 habitants se sont rués sur les stocks d’iodes disponible en pharmacie qui ont rapidement été en rupture.

Valentin Magomedov, responsable local de la défense civile, a déclaré à l’agence de presse TASS que le niveau de radiation était monté jusqu’à 2.0 microsievert par heure pendant 30 minutes, la limite réglementaire étant établie à 0,6 microsievert par heure. Samedi, Greenpeace Russie a demandé des explications sur la hausse du niveau de rayonnements constatée dans la région, temporairement 20 fois supérieure à un niveau normal.

Selon un expert de l'Institut pour la recherche nucléaire de Moscou, Boris Jouïkov cité par le quotidien RBK, les sources d'énergies isotopique, servant généralement dans l'industrie spatiale, ne présentent aucun risque pour les utilisateurs et  les niveaux de radioactivité sont loin avec ceux d'accidents plus "sérieux" dans des réacteurs.

L'absence de transparence des autorités militaires russes sème néanmoins la suspicion sur la nature réelle de l'accident. De nombreux rapports contradictoires ont été publiés en début de semaine concernant l'évacuation de civils proches de l'explosion et sept morts seraient en réalité à déplorer. Le média russe 29.ru a dévoilé que plusieurs habitants de la ville de Nynoksa dans l'Arkhangelsk se seraient vus demander par les militaires de quitter les lieux ce mercredi matin entre 5h et 7h dans des trains mis à leur disposition.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle