Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Ce n'est pas parce que vous êtes passés par l'université que vous avez un moins bon cerveau", explique Sonia Hamoudi du CESE

Christophe Bys ,

Publié le , mis à jour le 26/09/2014 À 19H37

Sonia Hamoudi vient de réaliser une étude pour le Conseil économique social et environnemental sur l’apport économique des politiques de diversité aux performances économiques de l’entreprise :  le cas des jeunes diplômés d’origine étrangère. Elle explique comment les entreprises ont peu à peu oublié l’objectif initial arguant de difficultés juridiques ou techniques.

Ce n'est pas parce que vous êtes passés par l'université que vous avez un moins bon cerveau, explique Sonia Hamoudi du CESE © DR

L’Usine Nouvelle - Pour quelles raisons revenir sur la question de la diversité aujourd'hui ? Les entreprises ont mis en place des outils efficaces, non ?

Sonia Hamoudi - C'était la première fois que le Conseil économique social et environnemental s'emparait de cette question. J'ai participé à la mise en place de la charte de la diversité initiée par Claude Bébéar et Yazid Sebag. C'était il y a dix ans, il me semblait que c'était une bonne durée pour faire un bilan de ce qui avait été fait ou non. Car si les entreprises disent s'être saisies de la promotion de la diversité, elles en ont trop souvent changé le sujet, se concentrant sur les femmes, les seniors ou les personnes en situation de handicap. Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'en occuper, mais il y a des textes législatifs sur ces sujets. La Charte de la diversité avait un objectif spécifique : l'insertion des personnes issues de minorité ethnique.

Pourtant de nombreuses études ont montré que la diversité était favorable à la performance. Vous-même, vous estimez qu'elle stimule l'innovation. Comment ?

Aux postes de responsabilités, les dirigeants ont tendance à recruter leurs semblables, venant de la même école, où ils ont appris les mêmes choses, acquis les mêmes réflexes. Si vous mélangez des élèves de grandes écoles, d'universités, des bac +2, vous aurez des approches différentes, un enrichissement mutuel. Ce n'est pas parce que vous êtes allés à l'Université parce que vous ne connaissiez pas les grandes écoles ou que vous ne saviez pas comment y accéder que vous avez un moins bon cerveau. Il faut promouvoir la diversité, c'est un gage de créativité.

Dans votre rapport vous mettez en avant un lien entre diversité et motivation des équipes. De quelle nature est-il ?

Les personnes discriminées sont souvent très motivées pour travailler. L'entreprise qui leur donne une chance va accueillir des salariés hyper impliqués, motivés, loyaux et fidèles. Cette motivation va avoir un impact sur le turn over des équipes, turn over qui représente un coût non négligeable pour les entreprises. Agir pour la diversité c'est aussi un moyen d'avoir des salariés plus attachés à l'entreprise.

Comment ?

En respectant un certain nombre de principes énoncés par la CNIL (commission nationale informatique et liberté) et en restant conforme au cadre constitutionnel. Un chef d’entreprise ou un DRH ne peut pas interpeler quelqu’un pour connaître sa nationalité ou ses origines. Ceci étant, on peut mesurer la diversité. Une condition à respecter est que la question s’inscrive dans le cadre d’un programme de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité. C’est une condition très importante, sinon le questionnaire est litigieux.

Ce genre de questionnaires est mis en œuvre par des entreprises qui réalisent de gros volumes de recrutement par poste. Par exemple, elle recrute 150 commerciaux, 50 techniciens…A la fin de l’année, elle peut dans le cadre de sa politique de lutte contre les discriminations vouloir savoir si son recrutement a été efficace en terme de diversité. Elle adresse alors un questionnaire sur la base du volontariat auprès d’une population nouvellement recrutée, auquel il est possible de répondre de façon anonyme et confidentielle.

Elle peut alors très bien demander quelle est la nationalité de la personne, de ses parents et grands-parents. Elle peut aussi interroger les personnes pour savoir si elles pensent avoir été discriminées dans le passé en fonction de leur diplôme, de leur âge, de leur adresse. Ou si elles pensent appartenir à une minorité visible en fonction de leur couleur de peau, de leur accent ou de leur patronyme. Les entreprises peuvent donc en prenant des précautions mesurer la diversité de leurs recrutements et de leurs pratiques RH, alors que j’entends trop souvent dire le contraire. C’est important de le rappeler, car l’entreprise aime pouvoir mesurer pour chiffrer une évolution.

Elles agissent quand même non ?

Trop d'entreprises se donnent bonne conscience avec des mesures a minima. Que font-ils en réalité ? Ils coachent quelques jeunes, ils vont à des forums d'associations spécialisées. Mais dans les faits, ils ne recrutent pas davantage de jeunes issus de minorités.

Le Conseil d'Etat a récemment demandé au gouvernement de prendre les décrets pour le CV anonyme. Cela peut-il changer quelque chose ?

Oui et cela profitera à tout le monde, jeunes issus de minorités ethniques, femmes, seniors ou personnes en situation de handicap. Le recrutement devrait se faire davantage à partir des compétences prouvées de la personne. Pas sur la sonorité d'un nom, l'adresse ou le sexe d'un candidat. J'ai été responsable des ressources humaines, donc je suis bien placée pour savoir qu'il y a et qu'il y aura toujours une part de subjectivité dans un recrutement, mais je sais aussi qu'il faut réduire cette part autant que possible. Tout le monde y gagnera. A commencer par l'entreprise qui aura en son sein de meilleurs éléments sélectionnés pour leurs capacités.

Propos recueillis par Christophe Bys

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle