Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Cauval Industries en redressement judiciaire

, ,

Publié le

Le groupe Cauval Industries, détenteurs de plusieurs marques de literies, a déposé son bilan le 29 février et a été placé en redressement judiciaire.

Cauval Industries en redressement judiciaire © Dunlopillo

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

En grandes difficultés depuis plusieurs mois, le groupe Cauval Industries qui détient les marques Simmons, Treca et Dunlopillo a déposé son bilan, le 29 février, au tribunal de commerce de Meaux (Seine-et-Marne) et a été placé en redressement judiciaire pour une période de six mois.

Selon le syndicat CGT, Gilles Silbermann, le président et principal actionnaire du groupe, s’est présenté le 29 février auprès du tribunal de commerce de Meaux pour demander le placement en redressement judiciaire. "Nous pensions que les négociations avec l’un des deux investisseurs aboutiraient ce week-end. Mais non : nous voilà au tribunal de commerce", a expliqué Moustapha Mamouri, délégué syndical CGT.

Toujours selon le syndicat CGT, le fabricant de matelas est confronté à de sérieux problèmes de trésorerie depuis plusieurs années. "Les organismes sociaux lui réclament pas moins de 55 millions d’euros. En 2015, la situation financière avait contraint les actionnaires à envisager l’entrée d’un concurrent au capital."

En octobre 2015, le groupe qui réalise 380 millions d’euros de chiffre d’affaires avait, selon la CGT, dévoilé un projet d’accord avec le groupe portugais Aquinos, fournisseur d’Ikea. Ce partenaire devait amener 25 millions d’euros en deux temps mais le fondateur de cette entreprise, Carlos Aquino, aurait "soudain décidé unilatéralement de remettre en cause cet accord et indiqué vouloir renégocier celui-ci", aurait expliqué Gilles Silbermann cité par la CGT.

Le groupe aurait également été en rapport "avec un fond d’investissement anglais et un industriel allemand" pour lui apporter de nouveaux fonds, rapporte Mustapha Mamouri. Négociations qui n’ont pas abouti à temps.

Cauval Industries emploie quelque 1 800 salariés.

Patrick Désavie

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle