Cattenom et Fessenheim dans le viseur du gendarme nucléaire

Les deux centrales, situées en Moselle et dans le Haut-Rhin, font l’objet d’inspections renforcées de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). La cause de cette démarche : elles auraient des progrès à faire en termes de radioprotection des travailleurs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Cattenom et Fessenheim dans le viseur du gendarme nucléaire

Les centrales de Fessenheim (Haut-Rhin) et Cattenom (Moselle) ont retenu l’attention du gendarme du nucléaire. Du mardi 4 au jeudi 6 juin, elles font l’objet d’inspections renforcées. "Elles ont toujours des efforts à faire en matière de radioprotection" des ouvriers intervenant sur le site, a justifié Florien Kraft, chef de la division de Strasbourg de l'ASN lors d'un point de presse. "Des défauts de balisage indiquant un risque radiologique", du "personnel intervenant dans une zone sans autorisation", ou des "sorties de zones sans contrôle préalable" auraient été pointés du doigt par l’ASN, rapporte l’AFP.

Par ailleurs, l’Autorité a relevé "des écarts ponctuels dans la surveillance des prestataires", à l'instar d'un sous-traitant chargé de faire des relevés de radioactivité, alors qu'il n'y avait "pas de procédure de contrôle" de son travail, a indiqué Florien Kraft.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

S’agissant de la doyenne des centrales, elle se distingue toutefois "positivement en matière de sûreté nucléaire" par rapport à la moyenne, a-t-il nuancé. Et pour cause, quelques semaines plus tôt, l’ASN validait le fonctionnement du réacteur numéro 2 de Fessenheim pour 10 ans supplémentaires, sous réserve de travaux. Le président de la République a, pour sa part, annoncé que le réacteur fermerait au plus tard fin 2016.

Quant à la centrale de Cattenom, le bilan est "globalement satisfaisant". L’exploitant EDF doit toutefois y faire preuve de "plus de rigueur sur les opérations de maintenance", a jugé Florien Kraft. L'analyse des incidents survenus en 2012 à Cattenom "montre que beaucoup sont dus à une rigueur insuffisante dans la préparation ou la coordination d'une intervention", remarque l'ASN dans son rapport annuel.

Astrid Gouzik

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS