Caterpillar France : le retour des beaux jours

L’usine d’Echirolles du constructeur américain d’engins de génie civil met en place deux lignes de production. Cet investissement de 35 millions d’euros sera opérationnel en 2013.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Caterpillar France : le retour des beaux jours

Caterpillar France veut fêter, comme il se doit, ses 50 ans de présence sur les sites de Grenoble et d’Echirolles, en Isère. Et effacer ainsi complètement les traces de son plan social qui l’a obligé à licencier 600 personnes en 2009.

« La baisse d’activité dramatique, de l’ordre de 77 %, ne nous a pas laissé le choix », explique aujourd’hui Eric Lepine, le président de Caterpillar France SAS depuis octobre 2010. « Nous avons toutefois pris toutes les mesures possibles pour en limiter l’impact. Près de 90 % des personnes licenciées ont retrouvé un emploi et Caterpillar a même réembauché 80 personnes.
Après cet épisode douloureux, de nombreuses mesures ont été prises pour remotiver le personnel : rencontres régulières entre Eric Lepine et les organisations syndicales ; accord concernant le travail des seniors et des handicapés ; audits culturels menés par des experts ; plans d’actions lancées avec le CHSCT de l’usine sur les risques psychosociaux… Moyennant quoi, l’enquête d’opinion du personnel menée annuellement montre un taux de satisfaction proche de 69 %.
Troisième employeur de l’Isère

L’américain Caterpillar, avec près de 105 000 salariés, est le premier fabricant au monde d’engins de chantier.

Le groupe compte plus de 250 sites de production dans le monde.

Chiffre d’affaires 2010 : 42,588 milliards de dollars (32,4 milliards en 2009).

Chiffre d’affaires prévisionnel 2011 : 50 milliards de dollars.

Effectif actuel pour Caterpillar France SAS : 2 200 personnes (3ème employeur de l’Isère).

Caterpillar France SAS produit des tracteurs, des chargeuses et des pelles sur chaînes, et des pelles sur pneus. Ces engins partent pour plus de 90 % à l’export, sur les marchés d’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient. En France, le groupe travaille avec 1 000 fournisseurs, dont 300 basés en Rhône-Alpes.
Aujourd’hui, Caterpillar France se tourne vers l’avenir. « Nous avons retenu les leçons de la crise », explique le dirigeant. Flexibilité, diversification et recherche des bonnes affaires sont les maîtres-mots du système de production mis en œuvre par Caterpillar dans ses usines françaises qui travaillent pour les marchés européen, africain et moyen-oriental...
L’unité de Grenoble (Isère), qui produit les composants pour les trains de roulements des engins assemblés dans les autres usines du groupe, fait appel à des cellules flexibles d’usinage robotisées. Une automatisation qui permet non seulement de produire plus et mieux, mais aussi moins cher. Et de pouvoir se confronter à une concurrence permanente, externe comme interne avec les autres unités de Caterpillar au monde. Le dernier équipement installé en 2010 illustre cette stratégie.
Cette ligne de production robotisée conçue par Ceri, un spécialiste des moutons à cinq pattes, usine de A à Z les maillons des chaînes montées sur les engins. Alésages, fraisages, rectifications… Une poignée de secondes suffisent pour terminer la pièce. Un investissement de 6 millions d’euros, qui a permis au passage à la PME normande de passer le cap de la crise.
L’usine d’Echirolles qui assemble des tracteurs, des chargeuses et des pelles, connaît elle aussi une nouvelle jeunesse. Deux lignes d’assemblage sont en cours d’installation. Un investissement total de 50 millions de dollars, soit environ 35 millions d’euros, destiné à remplacer un système de production qui accusait le coup de ses vingt ans d’âge. Objectif : mettre en place une organisation de la production en juste-à-temps, de type automobile.
« Le temps total d’assemblage des engins passera ainsi de sept heures à une trentaine de minutes », affirme Eric Lepine. Une nouvelle ligne de peinture à poudre robotisée et écologique sera également installée. Et la chaîne logistique sera revue. Des petits trains de chariots fourniront les composants aux lignes de production. La réalisation des kits de sous-ensembles sera confiée à des spécialistes extérieurs. Certains petits assemblages seront en revanche, rapatriés. « Des opérations qui seront confiées à des seniors comme le prévoit l’accord avec les organisations syndicales », explique le responsable de Caterpillar France. Des manipulateurs ergonomiques amélioreront enfin, les conditions de travail lors des assemblages réalisés sous les engins. L’usine compte d’ailleurs, une cinquantaine de robots de soudure et une autre cinquantaine de robots assure le chargement et le déchargement des centres d’usinage. Au total, les équipements de deux usines représentent plus de 350 millions d’euros d’investissement.
La mise en place de deux nouvelles lignes représente un changement culturel important pour les opérateurs que l’entreprise accompagne par des actions fortes de communication et de formation. Caterpillar France investit ainsi plus de 6 % de sa masse salariale dans la formation et un nouveau centre de formation a vu le jour.
La mise en œuvre de ces deux lignes se réalise sans perte de production, essentiellement pendant les périodes d’arrêt estivales. Car, après l’orage de 2009, le beau temps est de retour. « Les volumes de production sont à la hausse », confirme Eric Lepine. En 2011, les 2 211 personnes qui travaillent chez Caterpillar France produiront 80 % du volume réalisé avant la crise. « Même si la production a doublé en 2010 par rapport à l’année précédente et qu’elle connaîtra une croissance sensible cette année, nous n’avons pas retrouvé les résultats d’avant-crise. Et il faut appréhender des crises, dont les cycles sont plus rapides et les chutes plus profondes. » Une raison pour Eric Lepine de se montrer d’un optimisme mesuré…

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS