Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Cassidian veut décupler son chiffre d’affaires dans la cybersécurité

Ridha Loukil , ,

Publié le

La filiale dédiée à la sécurité d’EADS vient de racheter le français Netasq  et compte poursuivre ses acquisitions dans la cybersécurité. Objectif : atteindre un chiffre d’affaires de 500 millions en 2017, dix fois celui d’aujourd’hui.

Cassidian veut décupler son chiffre d’affaires dans la cybersécurité © JoshuaDavisPhotography - Flickr - C.C.

Cassidian Cybersecurity a profité des Assises de Sécurité des systèmes d’information, qui se déroule à Monaco, du 3 au 6 octobre 2012, pour afficher ses ambitions. "Nous voulons apporter une alternative européenne aux solutions américaines, non seulement dans nos marchés traditionnels à caractère régalien – gouvernement et défense – mais aussi dans les industries critiques", confie Jean-Michel Orozco, directeur général de cette société créée il y a un peu plus de un an par EADS pour se développer dans la cybersécurité.

L’objectif est ambitieux puisqu’elle vise un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros à l’horizon 2017, contre 50 millions d’euros et 400 personnes aujourd’hui. Les deux tiers de cette croissance seront réalisés par acquisitions. C’est dans cette stratégie que s’inscrit le rachat de Netasq, l’une des pépites française de la cybersécurité, spécialisée dans les pare-feu et systèmes anti-intrusion tout-en-un.

"Nous voulons compléter ainsi notre portefeuille de produits, mais pas seulement, note Jean-Michel Orozco. Nous voulons aussi protéger le patrimoine européen en participant à la consolidation du secteur et en prenant le contrôle de pépites exposées à des rachats hostiles par des prédateurs étrangers, notamment américains."

Fondée en 1998 à Villeneuve d’Ascq, Netasq développe des boîtiers de protection tout-en-un incluant les fonctions de pare-feu, antivirus, etc., avec la particularité d’arrêter non seulement les cyberattaques déjà connues, mais aussi celles encore inconnues. Elle emploie 120 personnes, dont 50 en R&D, et réalise un chiffre d’affaires de 20 millions, dont 70% en France où elle est leader avec une part de marché de 25%.

Sur le marché des grands comptes

Elle affronte trois principaux concurrents : Fortinet, Sonicwall et Watchguard, tous américains. "Avec Cassidian Cybersecurity, nous allons pouvoir entrer sur le marché des grands comptes qui nous était jusqu’ici difficile d’accès, et nous développer davantage en Europe", espère François Lavaste, PDG de Netasq. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros dans deux ans.

Pas d’absorption en vue. "Nous allons développer des synergies entre nous deux, mais Netasq restera une société indépendante et continuera à développer et vendre ses solutions à qui elle veut, sans aucune restriction", assure Jean-Michel Orozco, qui reste discret sur le montant de l’acquisition. Cette opération s’inscrit dans l’enveloppe de 500 millions d’euros allouée par EDAS pour la croissante de son activité de cybersécurité.

Selon Cassidian Cybersecurity, le marché de cybersécurité atteint 55 milliards de dollars en 2012 et devrait croitre de 15% par an sur les cinq années à venir. Le rachat de Netasq s’inscrit dans un mouvement général d’acquisitions de sociétés de cybersécurités par des grands groupes : Sonicwall par Dell, McAfee par Intel, RSA Security par EMC, etc.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle