Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Casablanca : nouveau méga projet d’immobilier touristique en front de mer

Publié le

Grignotant une partie de la zone portuaire de Casablanca, le projet Wessal financé par des capitaux du Golfe ou encore la BEI devrait mobiliser plus de 730 millions de dollars dans l’immobilier de tourisme.

Casablanca : nouveau méga projet d’immobilier touristique en front de mer
Le nouveau projet s'insérera entre Casablanca Marina (au premier plan) et le port au fond
© casablancamarina.ma

L’annonce officielle en a été faite hier devant le roi à Casablanca, la veille des Assises de l’industrie qui se déroulent ce mercredi dans la même ville.

un vaste ensemble immobilier

Un nouvel aménagement du front de mer de Casablanca va être mis en œuvre par le véhicule financier Wessal. Celui-ci est un "fonds de fonds souverains" des pays du Golfe (encadré) et du Maroc orienté vers le tourisme.

Le projet consiste en un vaste ensemble immobilier comprenant des hôtels, des résidences de tourisme premium ainsi qu’un centre nautique.

"Wessal Casablanca-Port", c’est son nom, a fait l’objet, mardi, de huit conventions d’investissement entre les pouvoirs publics marocains et les porteurs du projet signées, comme souvent pour ce genre d’investissement, devant le roi.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque mondiale feront aussi partie des financeurs de cet investissement chiffré à plus de 730 millions de dollars.

Les banques marocaines privées Attijariwafa Bank, Banque centrale populaire (BCP) et Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) apporteront aussi leur concours.

la reconversion d’une part significative de la zone portuaire

Le projet sera situé, en bord de mer, entre l’actuel port de commerce et Casablanca Marina, une zone déjà en plein développement immobilier. Celle-ci, au positionnement proche du projet de Wessal, n’est même pas encore achevée. Elle est assise sur plus de 25 ha avec 480000 m² de surface construite à terme et 600 millions d’euros d’investissement.

Pour sa part, Wessal Casablanca Port qui s’étendra sur 12 hectares va déclencher la reconversion d’une part significative de la zone portuaire. Il entrainera notamment le déplacement de l’actuel chantier naval et du port de pêche.

La construction d’un nouveau port de pêche est prévue, tout comme celle d’un terminal à croisière.

Selon la presse marocaine, 450 millions de dirhams (40 millions d'euros) seront consacrés au port de pêche, 100 millions de dirhams (8,9 millions d'euros) à une gare maritime et 500 millions de dirhams (44,5 millions d'euros) au chantier.

Sont aussi évoquées, une cité des sciences et une bibliothèque scientifique. Le port de commerce qui fait l’objet d’une extension sous l’égide de Marsa Maroc (TC3) ne sera, lui, pas touché.

Le réaménagement de l’actuelle médina située juste à proximité devrait être entrepris simultanément pour 30 millions de dollars dans le cadre de la mise à niveau générale de la ville dont les défaillances en matière d’urbanisme font l’objet d’un plan d’urgence.

En 2013, le Maroc a accueilli 10 millions de touristes

Au global, "il s’agit d’accroitre significativement le potentiel touristique de Casablanca pour l’instant essentiellement connue comme un pôle d’affaires en visant notamment les croisiéristes et le nautisme", indique à L’Usine Nouvelle, un proche du dossier.

Selon Lahcen Haddad, ministre du tourisme cité par Reuters, Wessal Capital intervient également dans les projets d’aménagement de Rabat (Bouregreg) et Tanger (Marina).

En 2013, le Maroc a accueilli 10 millions de touristes, un record, et s’est fixé un objectif à terme de 20 millions. Les recettes touristiques ont toutefois légèrement décliné l’an dernier (-0,5%) à 57,55 milliards de dirhams (5,1 milliards d’euros).

Le tourisme est, avec les revenus des marocains résidents à l’étranger (MRE) et les investissements directs étrangers (IDE), un élément clé pour combler le trou de la balance courante du royaume qui affichera cette année, selon la Banque centrale marocaine, Bank Al-Maghrib (BAM) un lourd déficit de plus de 7% du PIB.

A Casablanca, Pierre-Olivier Rouaud

 

Le royaume chéri par les capitaux du Golfe
Wessal Capital est un véhicule financier comprenant à parts égales des fonds venus des Emirats Arabes Unis (Aabar Investments PJS), du Koweit (Al Ajial Investment Fund), du Qatar (Qatar Holding LLC), du Maroc (Fonds Marocain de Développement Touristique (FMDT). A quoi s’ajoute l’Arabie Saoudite, via son Public Investment Fund. Les capitaux mobilisables par Wessal Capital s’élèvent à 3,4 milliards de dollars. Le fonds a été créé par les pays du Golfe fin 2011 pour soutenir les monarchies marocaines et jordaniennes en plein cœur du Printemps arabe. Ceux-ci ont, par ailleurs, promis en 2012 un don de 5 milliards de dollars au Maroc en financement de projets économiques ou sociaux dont 2,5 milliards sont engagés ou proches de l’être. Le nouveau projet de Casablanca se situe hors de cette enveloppe.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle