Casablanca : Lydec s'engage à réduire son empreinte carbone de 20% et prend rendez-vous pour 2020

Le groupe Lydec a annoncé vouloir s'engager dans la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 20% d'ici à 2020. Filiale du groupe Suez, elle gère la distribution en eau et en électricité du Grand Casablanca.

Partager
Casablanca : Lydec s'engage à réduire son empreinte carbone de 20% et prend rendez-vous pour 2020

A l’approche de la COP22 à Marrakech, la société Lydec, qui approvisionne toute l’agglomération de Casablanca en eau et en électricité, souhaite renforcer son empreinte verte. Dans un communiqué, elle a affirmé vouloir "maîtriser ses émissions de gaz à effet de serre". Une démarche encore peu répandue parmi les entreprises marocaines.

Première étape de ces ambitions écolos : la réalisation d’un bilan carbone. Il s’agit de mesurer la quantité de CO2 rejetée dans l’air du fait des activités de l’entreprise. Ainsi, le volume total des émissions de gaz à effet de serre de Lydec pour l’année 2015 s’élèverait à 345 000 tonnes équivalent CO2.

Forte de ce constat, Lydec annonce trois grands engagements, qu’elle espère tenir d’ici à 2020. En premier lieu, il s’agit de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% sur l’ensemble de son périmètre d’activité, hors pertes d'électricité. Le second engagement est de faire en sorte que 10% de l’énergie utilisée en interne provienne de sources renouvelables.

Troisième mesure : économiser l’équivalent de la consommation en eau d’une ville de 1,2 million de personnes. En 2015, Lydec aurait économisé 38 millions de m³ par rapport à 1997, année de début du contrat de gestion de l'eau courante par l'entreprise. "Cette amélioration se fait suite au développement d'une stratégie de recherche des fuites sur notre réseau, détaille Jean-Pascal Darriet, directeur général de Lydec. Aujourd'hui, le rendement du réseau d'eau potable est de 76,7%, notre objectif est d'arriver à 80% d'ici 2020."

Lydec, détenue à 51% par le groupe Suez est cotée à la bourse de Casablanca. En 2015, son chiffre d’affaires s’élevait à 6,93 milliards de dirhams (1000 dirhams=92 euros) pour un résultat net de 483 millions de dirhams.

Le bilan carbone de Lydec a suivi une méthode développée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Une telle étude permet en outre de dégager les activités les plus émettrices de gaz à effet de serre.

Selon Lydec, c’est la distribution d’électricité qui a la plus forte empreinte carbone, notamment à cause des énergies majoritairement fossiles utilisées pour la production d’électricité. Voilà donc un premier angle d’attaque pour la maîtrise des émissions, mais qui ne dépend pas pleinement de la volonté de l’entreprise.

Lydec, qui ne fait qu’acheter l’électricité pour la redistribuer, a adressé un message aux producteurs en estimant qu’une "démarche partenariale avec les autorités publiques s’impose", afin d’intégrer davantage d’énergies renouvelables au sein du mix énergétique du Maroc. "Le verdissement du mix énergétique pèserait sur 93% des émissions de l'entreprise" affirme Jean-Pascal Darriet.

Pour rappel, la production d’électricité du Maroc dépend à plus de 65% du charbon, mais le royaume s’est engagé à atteindre 52% de capacité électrique en énergies renouvelables d’ici à 2030.

A son échelle, Lydec affirme déjà travailler sur la maîtrise des dépenses énergétiques dues à ses propres systèmes de production. L’installation de panneaux solaires permettant d’assurer l’éclairage de ses principaux sites techniques, comme la station d’épuration des eaux usées de Médiouna, allait notamment dans ce sens.

Autre point, la gestion des véhicules utilisés par l'entreprise et leur impact. Sur ce sujet, la Lyonnaise de Casablanca annonce déjà travailler sur la géolocalisation de chaque véhicule pour optimiser les trajets et aussi permettre l’accès pour chaque chauffeur à une formation à l’éco-conduite. D’ici fin 2016, des véhicules hybrides pourraient s’incorporer à la flotte automobile de l’entreprise.

Thomas Le Hetet

0 Commentaire

Casablanca : Lydec s'engage à réduire son empreinte carbone de 20% et prend rendez-vous pour 2020

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS