Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

[Carton rouge] General Electric fossoyeur d’emplois

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Non seulement GE n’a créé que 25 emplois nets en France depuis le rachat d’Alstom en 2015, contre les 1 000 promis, mais l’américain en est train de supprimer près de 600 postes en France dans les division Energies et renouvelable.

[Carton rouge] General Electric fossoyeur d’emplois
Pour l'instant, les procédures de ruptures conventionnelles collectives lancées par GE en France touchent principalement Belfort, Nancy et Nantes mais épargnent encore l’usine d'éoliennes de Saint-Nazaire.
© Pascal Guittet

On ne saura jamais si, pour l’ex- division énergie d’Alstom, un rachat par Siemens n’aurait pas été préférable à l’option General Electric retenue en 2015. En termes d’emplois, cela aurait pu difficilement être pire. Non seulement le groupe américain n’a pas créé les 1 000 emplois nets promis en France, mais seulement 25. Mais, il est en train de supprimer près de 600 postes en France.

Les 323 créations nettes d’emplois annoncées encore en avril dernier ont en effet été annulées, notamment par l’échec de la stratégie numérique de GE et de son usine de développement, la Digital Foundry, à Paris, qui devait accueillir jusqu’à 250 développeurs.

555 nouveaux postes menacés

Depuis fin 2018, via un programme de ruptures conventionnelles collectives sur plusieurs sites, GE est déjà en train de pousser vers la sortie plus de 550 salariés, dont 470 de sa division "power" (thermique, nucléaire, réseau et moteurs) et environ 80 de sa direction Renewable Energy au centre de développement GE Wind France de Nantes (Loire-Atlantique) qui emploie 246 personnes.

"Et la direction ne donne aucun engagement que ces ruptures conventionnelles collectives ne seront pas suivies de plans sociaux", prévient un représentant syndical. Des craintes légitimes. Les salariés de Belfort viennent d’apprendre que même la division historique de GE est elle aussi menacée. Larry Culp, le nouveau PDG, a annoncé "un redimensionnement des équipes gaz".

Alors certes, à défaut d’emplois, GE paye aux gouvernements l’amende convenu de 50 000 euros par emplois non crée. Les 50 millions d’euros dûs vont alimenter un fonds qui va "permettre de réindustrialiser un certain nombre de sites à proximité de ceux où intervient General Electric", a expliqué Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat à l'Economie en charge de l’industrie. Il n’y a plus qu’à.

 

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

11/02/2019 - 15h06 -

Le pire c'est que la foundry digital n'était pas un échec du tout - ils ont réussi à signer de nouveau clients et à développer des solutions pour les clients. Au lieu d'être fermés, ils auraient pu se développer en dehors de GE et continuer à recrutement. Mais les management US leur a coupé les moyens. C'est triste...
Répondre au commentaire
Nom profil

11/02/2019 - 06h01 -

Pillage en règle de la France,de ses industries. La République en Marche ,François Hollande,encore merci. Gangsters. Rééducation par le travail,façon Polpot,c'est la solution avec ces rats.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/02/2019 - 18h29 -

Merci Macron, Encore une de tes actions absurdes !!!
Répondre au commentaire
Nom profil

10/02/2019 - 13h04 -

Et ça vous étonne ? America great again? Là ça vous dit? Après avoir ponctionne les subventions gouvernementales (argent public, donc nos impôts), récupérer les brevets, ils sen vont sous d'autres cieux. Et nous, on va rembourser les aides sous forme d'emprunt qui est venu augmenter la dette et payer le chômage des employes licenciés, les salauds de fainéants
Répondre au commentaire
Nom profil

12/02/2019 - 07h31 -

Comme c'est une entreprise etrangere on lui crache dessus. Ge c'est 2000 emplois av rachat qui fait vivre le territoire de belfort, si il ferme la il y aura une sacree perte financiere. Ge a deja recuperer une partie ex Alsthom en 95, suite au deboire ABB
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle