[Carton rouge] General Electric fossoyeur d’emplois

Non seulement GE n’a créé que 25 emplois nets en France depuis le rachat d’Alstom en 2015, contre les 1 000 promis, mais l’américain en est train de supprimer près de 600 postes en France dans les division Energies et renouvelable.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Carton rouge] General Electric fossoyeur d’emplois
Pour l'instant, les procédures de ruptures conventionnelles collectives lancées par GE en France touchent principalement Belfort, Nancy et Nantes mais épargnent encore l’usine d'éoliennes de Saint-Nazaire.

On ne saura jamais si, pour l’ex- division énergie d’Alstom, un rachat par Siemens n’aurait pas été préférable à l’option General Electric retenue en 2015. En termes d’emplois, cela aurait pu difficilement être pire. Non seulement le groupe américain n’a pas créé les 1 000 emplois nets promis en France, mais seulement 25. Mais, il est en train de supprimer près de 600 postes en France.

Les 323 créations nettes d’emplois annoncées encore en avril dernier ont en effet été annulées, notamment par l’échec de la stratégie numérique de GE et de son usine de développement, la Digital Foundry, à Paris, qui devait accueillir jusqu’à 250 développeurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

555 nouveaux postes menacés

Depuis fin 2018, via un programme de ruptures conventionnelles collectives sur plusieurs sites, GE est déjà en train de pousser vers la sortie plus de 550 salariés, dont 470 de sa division "power" (thermique, nucléaire, réseau et moteurs) et environ 80 de sa direction Renewable Energy au centre de développement GE Wind France de Nantes (Loire-Atlantique) qui emploie 246 personnes.

"Et la direction ne donne aucun engagement que ces ruptures conventionnelles collectives ne seront pas suivies de plans sociaux", prévient un représentant syndical. Des craintes légitimes. Les salariés de Belfort viennent d’apprendre que même la division historique de GE est elle aussi menacée. Larry Culp, le nouveau PDG, a annoncé "un redimensionnement des équipes gaz".

Alors certes, à défaut d’emplois, GE paye aux gouvernements l’amende convenu de 50 000 euros par emplois non crée. Les 50 millions d’euros dûs vont alimenter un fonds qui va "permettre de réindustrialiser un certain nombre de sites à proximité de ceux où intervient General Electric", a expliqué Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat à l'Economie en charge de l’industrie. Il n’y a plus qu’à.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS