L'Usine Auto

[Carte] Où sont situés les sites français de production et d'ingénierie de Renault

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Infographie Renault annoncera ce 28 mai un plan d'économies de 2 milliards d'euros. Des fermetures d'usines et des transferts d'activités sont à prévoir. Pour tout savoir sur la présence française du groupe, L'Usine Nouvelle vous propose une carte interactive, accompagnée de détails sur le Technocentre, les sites d'ingénierie et les 13 usines de l'Hexagone.

[Carte] Où sont situés les sites français de production et d'ingénierie de Renault
L'activité d'assemblage de Kangoo pourrait être transférée de Maubeuge à Douai.
© Renault

Le Technocentre

Situé à Guyancourt (Yvelines), le Technocentre rassemble, depuis son ouverture en 1998, tous les acteurs impliqués dans la conception et le développement des véhicules de l’Alliance et du Groupe Renault, soit environ 12 000 personnes.  C’est ici que sont définies les gammes des marques Renault, Dacia et Renault Samsung Motors.

Sites spécialisés dans la production de pièces

Sofrastock (Saint André de l'Eure)

Le site Sofrastock de Saint André de l'Eure (Eure) emploie environ 400 personnes pour l'approvisionnement, le regroupement et le conditionnement de pièces à l'importation et l'exportation, pour les usines de l'Alliance et les clients.

Fonderie de Bretagne (Caudan)

Le site Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan) emploie plus de 400 personnes et produit diverses pièces nécessaires aux moteurs et boites de vitesses. Renault envisagerait de le fermer.

Choisy-le-Roi

Doté d'une expertise dans la rénovation d'organes mécaniques, le site de Choisy le Roi (Val-de-Marne) produit moteurs, boîtes de vitesses mécaniques, turbo, pompes d’injection et collections de culasses et emploie plus de 250 personnes. Renault envisagerait de le fermer.

Cléon

Le site de Cléon (Seine-Maritime) emploie plus 3 300 personnes pour la production de moteurs et de boîtes de vitesses pour la gamme Renault. Il fournit également des organes à Dacia, Renault Samsung Motors, Nissan dans le cadre de l’Alliance, Fiat et Daimler. Emmanuel Macron a annoncé le 26 mai que l'usine développerait le nouveau moteur électrique de l'alliance. Un projet initialement prévu en Asie.

Le Mans

Plus ancienne usine de Renault, le site du Mans (Sarthe) emploie plus de 1 700 personnes et fabrique des systèmes de liaison au sol pour le groupe et l'Alliance.

STA (Ruitz)

Le site STA de Ruitz (Pas-de-Calais) emploie plus de 460 personnes pour la production de boîtes de vitesses automatiques. L'usine fabrique la nouvelle boîte qui équipera les modèles E-tech des Clio, Captur et Mégane hybrides.

ACI (Villeurbanne)

Le site ACI de Villeurbanne (Rhône) emploie plus de 200 personnes. Spécialisé dans la mécanique et le conditionnement de pièces, il fabrique des systèmes de liaison au sol pour l’Alliance.

Sites spécialisés dans l'assemblage et le montage de véhicules

Sovab (Batilly)

Le site Sovab de Batilly (Meurthe-et-Moselle) emploie plus de 2 000 personnes pour l'assemblage de l'utilitaire Master dans plus de 350 versions. Il possède une capacité de production de 715 véhicules par jour.

Alpine (Dieppe)

Le site Alpine de Dieppe (Seine-Maritime) emploie plus de 405 personnes pour l'assemblage et le montage des véhicules de la célèbre marque sportive française. Le groupe Renault envisagerait de le fermer.

Douai

Le site de Douai (Nord) emploie plus de 3 000 personnes et assemblait jusqu'à présent différents modèles de Renault, comme l'Espace, le Talisman et le Scénic. Depuis bientôt 50 ans, ce sont plus de 10 millions de voitures qui sont sorties de ses lignes de production. L'usine doit commencer la fabrication de véhicules électriques à partir de 2021. Le groupe envisagerait également d'y transférer l'activité d'assemblage du site de Maubeuge (Nord).

Flins

Le site de Flins (Yvelines) emploie plus de 2 600 personnes et assemble différents modèles de Renault et de l'alliance, comme anciennement les Renault 4 et 5 et la Dauphine, et dernièrement la Nissan Micra et la Zoé électrique. Le groupe envisagerait de cesser son activité d'assemblage et de lui en attribuer d'autres, comme une partie de celles de l'usine de Choisy-le-Roi.

MCA (Maubeuge)

Le site MCA de Maubeuge (Nord) emploie plus de 1 600 personnes et se consacrait, jusqu'à présent, à l'assemblage du Kangoo et de sa version électrique du Kangoo Z.E. Renault envisagerait de transférer ces activités au site de Douai (Nord). Retournant à sa vocation initiale, Maubeuge se spécialiserait à nouveau dans l'emboutissage et la tôlerie.

Sandouville

Le site de Sandouville (Seine-Maritime) emploie plus de 1 900 employés et est spécialisé dans le montage de véhicules utilitaires légers. L'usine produit actuellement le Trafic dans toutes ses versions. 

Centres d'ingénierie

Renault compte également en France neuf centres d'ingénierie (en comptant les deux intégrés au Technocentre et au site du Mans), où sont développées les architectures logicielles et les systèmes embarqués intégrés dans les voitures connectées, autonomes et électriques. Des centaines d'ingénieurs y travaillent. Ils se situent à Paris, à Lardy (Essonne), au siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), à Villiers-Saint-Frédéric (Yvelines), à Aubevoye (Eure), Toulouse (Haute-Garonne) et Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte