Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

[Carte] Les sites français en première ligne face au nouveau patron de General Electric

Manuel Moragues ,

Publié le

Infographie Nommé le 1er octobre à la tête du géant américain General Electric, Lawrence Culp doit restaurer la rentabilité du groupe, pénalisée par sa branche Power. Une mission à hauts risques pour les usines françaises.

[Carte] Les sites français en première ligne face au nouveau patron de General Electric
L'activité de turbines à gaz de GE, dont Belfort (Territoire-de-Belfort) est le centre européen, a vu sa rentabilité chuter en 2017.
© DR

La France est en première ligne face à la mission du nouveau PDG de General Electric: restaurer la génération de trésorerie. Quelque 16 000 personnes sont aujourd'hui employées par GE dans l'Hexagone. Un quart doit sortir du périmètre d'ici à 2021 selon les plans arrêtés par l'ex PDG John Flannery, qui prévoient la scission de la division santé et la vente de l'activité pétrole & gaz.

Le nouveau GE se retrouverait ainsi avec plus des trois quarts de ses effectifs français relevant de la division Power. Précisément la branche malade de l'Américain qui pénalise ses marges. L'Hexagone bénéficiait d'une relative protection de l'emploi via l'engagement pris par GE envers l'Etat, lors de l'acquisition des activités énergie d'Alstom, de créer 1 000 emplois.

Non seulement cet engagement n'a pas été tenu – seuls 330 emplois nets ont été créés -, mais cette clause emploi tombe début novembre. L'avenir des sites français de GE est bien incertain. Et certains salariés se mobilisent déjà, comme à l'usine de turbines de Belfort, dans le territoire de Belfort.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/10/2018 - 19h50 -

Alstom et le marché des turbines à gaz sont les bouc-émissaires tout trouvés par GE pour justifier la gestion calamiteuse du groupe. Toutes les personnes connaissant le dossier savent que les causes sont ailleurs ! Qui va arrêter ses destructeurs d'emplois ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle