[CARTE] Le point sur les raffineries et les dépôts de carburant bloqués

Le mouvement d'opposition au projet de loi Travail s'intensifie ce mardi 24 mai. L'appel à la grève illimitée chez Total et dans la branche pétrole paralyse la majorité des raffineries et quelques dépôts. L'accès au carburant est de plus en plus difficile en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[CARTE] Le point sur les raffineries et les dépôts de carburant bloqués
Vue de l'unitE de distillation sous vide de la raffinerie de Normandie à Gonfreville.

La menace est sérieuse. Total pourrait "réviser les plans que nous avons d'investissements dans l'ensemble de ces sites en France". Elle est proférée par Patrick Pouyanné, le PDG du groupe pétrolier qui a fermement condamné le blocage total ou partiel des raffineries sur l'ensemble du territoire français, en marge de l'assemblé générale des actionnaires.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il faut dire que le pétrolier français est le plus touché par le mouvement de grève lancé par des opposants au projet de loi Travail. Cinq des huit raffineries françaises sont opérées par Total. Les unités de production sont à l'arrêt sur les sites de Feyzin et Normandie, la plus grosse raffinerie du pays. Elles vont être arrêtées à Grandpuits. A Donges, le mouvement de protestation a provoqué des manœuvres de mise à l'arrêt de quelques unités. Quant à la raffinerie de La Mède, la production du site est passée en débit réduit. Deux des neufs dépôts opérés par Total sont également bloqués.

Quant aux stations-service détenues par le groupe tricolore, 188 étaient en rupture totale ce mardi matin, 513 en rupture partielle et 101 étaient réquisitionnées par les autorités. Total détient 2200 des 11 500 stations réparties sur l'Hexagone.

Blocage important en Bouches-du-Rhône

De quoi décourager aussi les entreprises étrangères comme l'américain ExxonMobil propriétaire de deux raffineries en France. A Fos, les militants de la CGT bloquaient depuis lundi l'accès à la raffinerie et au dépôt de carburant. Ils ont été évacués ce mardi matin à l'aube par les forces de l'ordre. Toutefois "pour diverses raisons, les chargements ne sont pas possibles pour le moment", nous explique-t-on chez ExxonMobil.

Sur son autre site, à Notre-Dame-de-Gravenchon (la troisième raffinerie la plus importante du pays), un mouvement de grève a timidement démarré ce mardi matin, sans perturber la production. "Quelques personnes qui travaillent sur les activités périphériques de la partie raffinage ont rejoint le mouvement de grève. Cela a peu d'impact sur le site et les expéditions se poursuivent", nous assurait, dans la matinée, une porte-parole du groupe. La grève a pris fin le jeudi 26 mai.

Toutefois, un mouvement de grève a été décidé lundi, à la Compagnie industrielle et maritime (CIM) qui opère le terminal pétrolier du port du Havre qui approvisionne la raffinerie d'ExxonMobil en brut. Même si ses unités de production continuent de tourner, elles pourraient bien être à cours de matière première…

Des stocks suffisants

A Martigues, dans la raffinerie de Petroineos Lavera, le quatrième site français en termes de capacité, le mouvement s'est durci. A l’appel de l’union intersyndicale CGT, FO et SUD, les salariés postés ont voté à plus de 95% l'arrêt des expéditions de produits blancs (gasoil, essence, jet) pour une durée illimitée, et le début des manœuvres d'arrêt sur les unités de production.

Malgré le durcissement du mouvement, pour éviter les longues files d'attente d'automobiliste aux stations-service, le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie de carburant et que les stocks sont suffisants. "Pour pallier les blocages sauvages, les approvisionnement ont été renforcés significativement".

A LIRE AUSSI

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS