Carrefour stabilise ses hypers français et accélère le pas au 1er trimestre

par Pascale Denis
Partager
Carrefour stabilise ses hypers français et accélère le pas au 1er trimestre
Carrefour a accéléré le pas en données comparables au premier trimestre grâce à une dynamique toujours solide au Brésil et à une stabilisation de ses hypermarchés en France, où le groupe estime récolter les premiers fruits de son plan de transformation. /Photo prise le 20 mars 2019/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Carrefour a accéléré le pas en données comparables au premier trimestre grâce à une dynamique toujours solide au Brésil et à une stabilisation de ses hypermarchés en France, où le groupe estime récolter les premiers fruits de son plan de transformation.

Les ventes du distributeur ont reculé de 3,0% à 20,02 milliards d'euros en données publiées, un chiffre proche des 20,09 milliards du consensus Infront Data pour Reuters.

Mais hors taux de change, essence, effets calendaires et à magasins comparables, la croissance est ressortie à 2,7%, après une hausse limitée à 1,9% au quatrième trimestre 2018.

Surveillés à la loupe, les hypermarchés français ont stabilisé leurs ventes (+0,1%), alors qu'ils avaient perdu 2,2% au dernier trimestre 2018, pénalisés par le mouvement des "Gilets jaunes".

Ils ont profité des baisses de prix opérées sur la marque propre Carrefour ou sur des produits bio, via des programmes de fidélité, ainsi que des mesures visant à transformer le modèle et passant par des réductions de surfaces non alimentaires déficitaires ou le développement du bio, des produits frais et du digital.

"Le plan de transformation progresse à un rythme rapide, grâce notamment aux investissements réalisés dans les prix dans l'ensemble des formats et aux mesures de transformation des hypermarchés", a déclaré mercredi Mathieu Malige, directeur financier du groupe.

Il s'est montré toutefois prudent pour l'évolution à attendre dans les prochains trimestres, évoquant encore "beaucoup de travail à faire" pour refondre le modèle.

Pour rester compétitifs et compenser les effets inflationnistes de la loi sur l'alimentation, les distributeurs français ont choisi de porter la guerre des prix sur d'autres terrains, opérant des baisses de prix sur leurs marques propres ou en misant sur leurs programmes de fidélité.

TROP TÔT POUR ANTICIPER LE RÉSULTAT OPÉRATIONNEL

Pour Carrefour, un retour à une dynamique durablement positive dans les hypers reste crucial. Ils comptent pour près du quart du chiffre d'affaires du distributeur et plombent les résultats depuis des années.

La tendance est restée positive dans les autres formats en France (+1,5% dans les supermarchés et +2,6% dans la proximité) et au total, les ventes alimentaires ont progressé de 2,0% dans l'Hexagone, tandis que la baisse a atteint 5,4% dans le non alimentaire concurrencé par les spécialistes du e-commerce, Amazon en tête.

Sorti de la déflation alimentaire, le Brésil (+6,6%) est resté solide grâce au succès des formats de semi-gros Atacadao, tandis que la baisse s'est poursuivie en Espagne et en Italie.

La Chine, toujours à la peine, poursuit son inexorable recul malgré les efforts déployés pour adapter le groupe à la digitalisation massive du marché local.

Interrogé sur le consensus des analystes concernant le résultat opérationnel courant annuel, le directeur financier a jugé qu'il était encore "trop tôt pour faire des anticipations dans un environnement marco-économique qui demeure volatil".

Tous les objectifs 2020 et 2022 en matière d'économies, de e-commerce, de bio et de cessions d'actifs non stratégiques ont été confirmés.

Le groupe a porté son objectif d'économies à 2,8 milliards d'ici 2020, contre 2,0 milliards auparavant, musclé ses objectifs de réduction de surfaces des hypers et d'ouvertures de formats de proximité. [nL5N20N1KY]

En Bourse, le titre Carrefour a fini à 16,75 euros mercredi, signant une progression de 12,4% depuis le début de l'année, tandis que l'indice sectoriel européen a pris 19,2%.

Le groupe a annoncé le remplacement de Bernard Arnault par son fils Alexandre au sein de son conseil d'administration.

Les chiffres de Casino sont attendus jeudi.

(Edité par Matthieu Protard)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - TOULOUSE BUSINESS SCHOOL

Travaux de maintenance, réparation et rénovation sur le campus parisien de TBS Education

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS