Carrefour en passe de reprendre les magasins Coop Alsace

STRASBOURG (Reuters) - La société Coop Alsace, en difficulté financière depuis cinq ans, a décidé de s'engager dans une négociation exclusive avec Carrefour en vue de lui céder ses magasins de proximité, a annoncé lundi le PDG de l'entreprise.

Partager

L'opération concernerait plus de 90% des 144 magasins implantés dans des villages et des centre-ville et 440 emplois que le premier groupe européen de distribution s'engagerait à pérenniser. L'enseigne Coop serait également conservée.

"Le conseil d'administration a décidé samedi de céder les magasins de proximité et de s'engager dans une négociation avec Carrefour", a dit à Reuters Christian Duvillet. "Nous nous donnons pour objectif de monter le projet dans les trois mois."

Coop Alsace, qui avait lancé un appel d'offres pour la vente de ses magasins, a retenu Carrefour, parmi dix réponses, en privilégiant, dans l'ordre, le nombre d'emplois et de magasins maintenus, la préservation de l'ancrage régional et le montant de l'offre, a précisé Christian Duvillet.

Coop Alsace pense pouvoir obtenir l'autorisation de l'autorité de la Concurrence du fait de la faible implantation de Carrefour en Alsace.

Confrontée à un endettement de 140 millions d'euros et à des pertes de 25 millions d'euros par an depuis 2008, l'entreprise avait déjà cédé ses supermarchés et hypermarchés en 2012 à Leclerc.

Elle avait également passé un accord d'approvisionnement avec Casino pour ses magasins de proximité.

Christian Duvillet estime qu'il n'y a plus de place, en Europe, pour des groupes de taille intermédiaire.

"Nous faisions 750 millions d'euros de chiffre d'affaires (avant la vente des super et hypermarchés). Comparés aux 75 milliards de Carrefour, nous ne sommes pas sur la même échelle", explique-t-il.

Coop Alsace emploie actuellement 700 salariés pour un chiffre d'affaires "approximatif" de 80 à 90 millions d'euros.

Après la vente de ses magasins de proximité, le groupe emploiera moins de 300 personnes, contre 3.000 il y a cinq ans, principalement dans trois activités, la boucherie-charcuterie industrielle, les cafétérias et la logistique.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS