Carole Leyris, un nez fin pour l'industrie

Carole Leyris, 41 ans, directrice adjointe environnement industriel de Burgeap

Partager


S’il est possible aujourd’hui de mesurer les émissions d’odeurs d’un site industriel, c’est en partie grâce à Carole Leyris. Lors de sa thèse à l’École des mines d’Alès, cette Marseillaise de 41 ans a mis au point un dispositif pour quantifier les nuisances olfactives à proximité d’un bâtiment. En 2001, alors que Burgeap (l’ancien Bureau de géologie appliquée) l’engage pour développer une nouvelle offre de service dans le domaine de la pollution atmosphérique, elle choisit naturellement de se positionner sur le créneau des nuisances olfactives.

"Nous savions que le sujet intéressait beaucoup de monde depuis la publication de la loi sur l’air en 1996, mais tout restait à créer, indique-t-elle. Nous avons gagné la première étude de pollution olfactive à l’échelle d’une zone industrielle, à Lacq, ce qui nous a donné une forte crédibilité dans le domaine". Quinze ans après avoir démarré seule cette activité de Burgeap, Carole Leyris est désormais à la tête d’une équipe de 30 personnes, réparties dans trois agences. "J’ai eu la chance de pouvoir choisir mes collaborateurs, ce qui change tout dans l’animation d’une équipe, mais surtout je suis fière de ce qu’ils sont capables d’accomplir aujourd’hui. C’est une belle réussite humaine". Une réussite également économique, puisque la division qu’elle dirige réalise déjà 10 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Conseil à une débutante
"Ayez confiance dans la réussite de votre projet. Il faut garder la foi dans ce que vous voulez accomplir, et le même cap malgré les embûches qui se présentent".

Frédéric Parisot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS