Carmat, SFR / Numericable, les ex-Lejaby, le burn-out, Apple : la revue de presse de l’industrie

Sylvain Arnulf , ,

Publié le

La campagne des candidats au rachat de SFR continue ce 4 mars. Egalement dans vos journaux, radios et télévisions : le décès du premier greffé du cœur artificiel autonome Carmat, la galère des ex-Lejaby, la non-reconnaissance du burn-out professionnel et le lancement du programme de reprise d’iPhone par Apple.

Décès du patient ayant reçu le cœur artificiel de Carmat

75 jours après avoir été opéré, le patient au cœur artificiel de Carmat est décédé le dimanche 2 mars. LCI a recueilli la réaction du docteur Alain Pavie, du service de chirurgie cardiaque de la Pitié-Salpétrière.

 

Autour de SFR, le bal des prétendants continue

 

 

Dimanche 2 mars, Martin Bouygues vantait les mérites d’un rapprochement de sa filiale télécoms avec SFR. Ce 4 mars, c’est au tour de Patrick Drahi, propriétaire d’Altice, la maison-mère de Numericable, d’assurer le "service avant-vente". Dans Le Figaro, il s’engage "à ne pas licencier, à conserver les 8 500 emplois chez SFR et les 2 400 emplois chez Numericable, et même recruter des commerciaux pour le marché des entreprises".

Il promet aussi  "de recourir à des industriels français, Alcatel-Lucent, Technicolor ou Sagemcom pour ses investissements en France mais aussi à l'étranger". En cas de rachat de SFR, la marque Numericable disparaitrait. SFR deviendrait "un grand opérateur de câble dans lequel le mobile ne serait plus que marginal, de 25% à 30% de l'activité du nouvel ensemble".

Liquidation en vue pour les "Atelières", ex-Lejaby

"Les Atelières", association composée d'ex-ouvrières du fabricant de lingerie Lejaby, devenu depuis "Maison Lejaby", ont annoncé le 3 mars "avec une grande tristesse" devoir mettre fin à leur atelier de lingerie haut de gamme à Villeurbanne, près de Lyon, notamment faute de financement, rapporte Le Parisien. Selon elles, trois raisons les ont amenées à prendre cette décision "douloureuse", notamment le "refus des banques" de les soutenir.

"Dans notre pays, les banques sont plus fortes que la République. Avec notre argent, elles exécutent chaque jour des dizaines de PME. Ce sont Les Atelières qui montent aujourd'hui à la guillotine", explique Muriel Pernin, l’actuelle dirigeante. Elle regrette également de ne pas pouvoir entrer dans les critères d'aides de la Banque publique d'investissement (BPI).

 

Le burn-out professionnel non reconnu par la sécurité sociale

 

 

En une du Parisien / Aujourd’hui en France ce 4 mars, "Stress au travail : bras de fer sur les arrêts maladie". "Médecins du travail et syndicats tentent de faire reconnaître les risques psychosociaux comme maladies professionnelles. En vain, jusqu'ici", constate le journal.  Les médecins et employeurs s’empoignent souvent sur ces questions, ajoute Le Parisien.

Apple reprend (enfin) les anciens iPhone

La firme à la pomme se résout finalement à recycler les anciens modèles d’iPhone dans ses boutiques. Le programme de reprise, annoncé en août, est enfin disponible en France, indique Europe 1, qui laisse poindre une certaine impatience. Apple reprendra jusqu’à 215 euros les anciens modèles, sous forme de bons d’achat.

"La proposition d'Apple n'est pas aussi alléchante qu'elle n'y paraît. Sur différents sites de reprise de smartphones d'occasion, l'iPhone 5 est par exemple repris entre 220 et 265 euros selon son état. Pour attirer les amateurs de produits 'pommés', Apple mise donc sur le fait qu'ils pourront acheter autre chose qu'un smartphone dans ses boutiques", analyse la radio.

Sylvain Arnulf

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte