Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Carmat prêt à produire à grande échelle son coeur artificiel

Coralie Lemke , ,

Publié le

Made in France Dix ans après sa création, Carmat poursuit son innovation de coeur artificiel made in France. Avec sa nouvelle usine francilienne à Bois d’Arcy, la société veut se lancer dans une production de grande envergure.  

Carmat prêt à produire à grande échelle son coeur artificiel
La production de coeurs artificiels reprend à Bois d'Arcy.

Il y a six ans à peine, un premier patient en insuffisance cardiaque aiguë bénéficiait du premier cœur Carmat. Une opération réalisée par les équipes de l’Hôpital européen Georges Pompidou à Paris.

Dix ans après la création de l'entreprise française, fondée en 2009, les résultats des patients sont très encourageants. Sept patients sur dix parviennent à une survie de 6 mois ou survivent jusqu’à une transplantation cardiaque selon les résultats de l’étude PIVOT

rendue publique le 15 janvuer. Des résultats meilleurs que ceux obtenus pour l’étude de faisabilité, dans laquelle seuls 50% des patients avaient atteint cet objectif.

Pour expliquer ces bons résultats, le Professeur Latrémouille, chirurgien cardiaque à l'Hôpital européen Georges Pompidou, invoque la composition du cœur artificiel, qui reproduit fidèlement le cœur humain. Les pompes dont il est doté sont séparées du flux de sang grâce à des membranes. "Tous les systèmes existants sont mis au point par les Etats-Unis et sont mécaniques avec de l’électronique. Le sang est en contact avec une partie métallique. Cela impose un traitement anticoagulant pour qu’il n’y ait pas de caillot sur la machine. La technologie Carmat apporte une composante biologique. Elle présente l’immense avantage de pouvoir se passer d’anticoagulants et d’éviter tout risque d’embolie."

La fabrication reprend à Bois d'Arcy

La fabrication de cœurs Carmat a repris hier à Bois d’Arcy, dans les Yvelines (Ile de France), dans l’usine flambant neuve de la société. La production et l’implantation de cœur avaient été suspendues au quatrième trimestre 2018 pour "la mise en œuvre d’actions correctives" destinées à améliorer la prothèse. Maintenant que la production a repris, de nouveaux cœurs artificiels devraient être disponibles dès le mois d’avril. Stéphane Piat table sur une production de trois à quatre prothèses par mois.

D’autant que les besoins vont croissant au fil des années, la faute à l’espérance de vie qui s’améliore d’année en année. "Il y a dix ans, 100 000 patients avaient un besoin de transplantation entre les Etats-Unis et l'Europe. Aujourd’hui, c’est le double et dans dix ans, on sera à 400 000, à nouveau le double", explique Stéphane Piat. Sauf que les greffes de cœur sont encore beaucoup trop rares pour couvrir tous les besoins. "Chaque année, 5 000 personnes bénéficient d’une transplantation cardiaque dans le monde. Cela ne couvre que 3% des besoins. On laisse de côté 97% des patients qui auraient besoin d’une transplantation. L’objectif de Carmat, ce n’est pas de couvrir les 97% restants. Mais 20 ou 30%, ce serait énorme", espère le professeur Latrémouille. Pour une personne sur liste d’attente de greffe de cœur, l’espérance de vie se situe à environ six mois. Le coeur de Carmat constituerait un espoir en dernière ligne pour ces patients.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle