Technos et Innovations

Carmat accélère le rythme pour son cœur artificiel

Gaëlle Fleitour ,

Publié le

La société Carmat lance une levée de fond pour financer les essais cliniques et l'industrialisation de ses prothèses cardiaques. Des cœurs dont l'alimentation sera assurée par un équipement d'une filiale de Bull.

Carmat accélère le rythme pour son cœur artificiel © D. R.

Les mois à venir s'annoncent prometteurs pour Carmat. La société biomédicale vient de lancer ce 12 juillet une augmentation de capital au prix de 106 euros l'action, pour un total programmé de 25,5 millions d'euros. Cette somme va ainsi permettre d'assurer les essais cliniques et l'industrialisation du cœur artificiel de 900 grammes qu'elle conçoit et assemble depuis novembre dernier.

Les 25,5 millions d'euros que Carmat espère lever seront affectés en partie à l'accélération du développement des parties externes portables (pile, connectique, unité de monitoring...) du cœur artificiel. Une augmentation de capital qui présente peu de risques : elle est déjà garantie à 75% par ses actionnaires historiques, le fonds d'investissement Truffle Capital et Matra Défense, et quelques investisseurs institutionnels.

Un dossier auprès des autorités sanitaires

Cofondateur en 1993 de Carmat avec Jean-Luc Lagardère, alors président de Matra, le chirurgien Alain Carpentier a foi dans cette société dont il est aujourd'hui le directeur scientifique. "Les résultats des tests pratiqués sur le modèle intégré du cœur artificiel bioprothétique Carmat, renforcent mon capital de confiance en notre prothèse, véritable solution au défi que pose encore l'insuffisance cardiaque terminale chez les malades qui ne peuvent bénéficier des systèmes d'assistance cardiaque, estime-t-il dans un communiqué. Ils nous incitent à préparer dès maintenant la 2ème phase clinique qui visera à améliorer l'autonomie et la qualité de vie des malades."

Les cœurs artificiels de Carmat sont les fruits de la combinaison de multiples technologies. Amesys, filiale du groupe Bull, vient ainsi de signer un accord avec l'entreprise pour développer un équipement d'alimentation portable pour 2012. Il permettra aux patients en essais cliniques de vivre chez eux et d'effectuer leurs déplacements. Un autre équipement de surveillance a également été conçu par Amesys pour assurer à l'hôpital les phases postopératoires et les visites de suivi.

Parallèlement, Carmat vient de déposer auprès des autorités sanitaires (Afssaps) un dossier afin d'obtenir le feu vert pour implanter et tester ses cœurs biomimétiques sur des premiers patients volontaires au dernier trimestre 2011. Dans l'espoir de les commercialiser dès 2013.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte