Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Carlyle rachète le verrier Saverglass

Publié le

Le fonds d’investissement américain Saverglass acquiert le verrier français. Il doit appuyer le développement à l’international du groupe.

Saverglass, le fabricant de bouteilles en verre pour l’industrie du luxe et des spiritueux, va entrer dans le giron du fonds d’investissement Carlyle. L’Américain, gestionnaire de plus de 170 milliards d’euros à travers le monde, a emporté l’offre de rachat lancée par le fonds Astorg, propriétaire à 75% du verrier depuis 2011.

En quatre ans, l’action d’Astorg avait permis une forte internationalisation de Saverglass, avec la création notamment d’une unité à Ras el Khaïmah, aux Emirats Arabes Unis, dont la capacité de production est aujourd’hui de 100 000 tonnes "avec une qualité tout à fait comparable à celle des sites français", indique Loïc Quentin de Gromard, PDG de Saverglass. Le fonds Astorg avait également accompagné la mise en place de l’unité ultra moderne de décoration de flacons d’Arques, dans le Nord. L’acquisition de Saverglass par Carlyle doit permettre de poursuivre ce développement. "Avec 400 000 tonnes produites chaque année, nos capacités de production sont saturées. Nous devons aujourd’hui envisager l’avenir en réfléchissant à de nouvelles créations d’usines ou à mener des opérations de croissance externe. A ce niveau, rien ne sera décidé avant la mi-2016", précise Loïc Quentin de Gromard.

Saverglass est né à la fin du XIXème siècle dans l’Oise, à Feuquières. Aujourd’hui, le groupe commercialise près de 400 000 tonnes de verre par an (700 millions de bouteilles) dans plus de 80 pays. Il emploie 2 600 personnes à travers le monde, dont plus de 2000 en France. Menacé de disparition au début des années 1980, Saverglass a dû son salut à l’arrivée à sa tête de Loïc Quentin de Gromard, à l’origine de la spécialisation dans le flaconnage haut de gamme. Après trente années passées à la direction du groupe, celui-ci souhaite trouver un successeur. "Aucun calendrier n'est cependant fixé. Les rumeurs actuelles faisant état de mon départ sont infondées", insiste-t-il.

Guillaume Roussange

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus