Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Carlos Tavares chez PSA pour faire oublier les erreurs du clan Peugeot

, , , ,

Publié le

L'ex-numéro 2 de Renault va succéder à Philippe Varin pour diriger PSA Peugeot Citroën, a annoncé le constructeur ce lundi 25 novembre. Une manière pour la famille Peugeot de faire oublier ses erreurs dans la conduite du groupe français, qui cherche aujourd'hui un second souffle après une longue période de crise.

Carlos Tavares chez PSA pour faire oublier les erreurs du clan Peugeot © DR

PSA Peugeot Citroën a annoncé avoir recruté Carlos Tavares ce lundi 25 novembre, confirmant les informations du Figaro dans un article publié la veille. "Après avoir mené une réflexion approfondie, le Conseil de Surveillance a choisi Carlos
Tavares pour succéder à l'actuel Président du Directoire", a indiqué le constructeur dans un communiqué.

Philippe Varin en bouc-émissaire

L'ex-numéro 2 de Renault, débarqué fin août dernier, remplacera Philippe Varin en 2014, arrivé à la tête du groupe automobile en 2009 et dont le mandat a été renouvellé début 2013. Celui qui a eu pour mission de mener la restructuration d'un PSA durement touché par la crise a été associé au processus de sélection de son successeur - une manière pour lui de "réussir une sortie par le haut", écrit le Figaro. Mais ce passage de témoin serait surtout une manière pour la famille Peugeot de négocier sa propre sortie en tant qu'actionnaire de référence et de faire ainsi oublier ses nombreuses erreurs.

Les nombreuses erreurs du clan Peugeot

Comme l'expliquait L'Usine Nouvelle dans un article publié le 4 août dernier, la responsabilité du clan Peugeot pour expliquer la dégringolade du second constructeur européen est indéniable. Au rang des principales erreurs stratégiques, on pourra ainsi citer le virage manqué de la mondialisation avec un poids encore trop important en Europe et des retards sur l'implantation du groupe en Chine. La famille Peugeot s'était également opposé à un rapprochement prometteur avec BMW, et a finalement opté, début 2012, pour une alliance a minima avec l'américain GM.

Préparer l'avenir de PSA

Si l'arrivée de Carlos Tavares chez PSA est une bonne nouvelle, ce n'est pas parce qu'elle marque la fin de l'ère Varin, mais plutôt parce qu'elle prépare le profond changement de stratégie du constructeur. L'augmentation de capital du groupe à venir - qu'elle se traduise ou non par une prise de participation du chinois Dongfeng et de l'Etat français - se traduira en effet par une dillution de la part que détient la famille dans PSA. Une perte d'influence qui inquiéterait en interne, mais qui permettrait (enfin) au constructeur de se donner les moyens pour s'imposer à l'international et, ainsi, de rattraper son retard sur Renault.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle