Carlos Ghosn reste PDG de Renault

Le Conseil d'administration de Renault a maintenu le 13 décembre Carlos Ghosn dans ses fonctions de PDG du constructeur automobile français, au vu d'un rapport préliminaire interne qui a conclu à la conformité de sa rémunération pour la période 2015-2018. Contrairement à Nissan et Mitsubishi, troisième partenaire de l'alliance, qui l'ont tous deux démis de son poste de président.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Carlos Ghosn reste PDG de Renault
Le Conseil d'administration de Renault a maintenu le 13 décembre Carlos Ghosn dans ses fonctions de PDG

Soulagement pour Carlos Ghosn du côté de Renault. Le Conseil d'administration du constructeur automobile français l'a maintenu jeudi 13 décembre dans ses fonctions de PDG.

Carlos Ghosn, arrêté fin novembre en raison d'accusations de malversations financières, a été inculpé lundi 10 décembre au Japon pour avoir minoré de près de moitié entre 2010 et 2015 ses revenus chez Nissan, dont il était alors président. Renault avait ouvert sa propre enquête interne, confiée à la direction de l'éthique et de la conformité. Celle-ci a "conclu, de manière préliminaire, à la conformité des éléments de rémunération du PDG de Renault et des conditions de leur approbation au regard des dispositions légales et des recommandations de l'Afep-Medef."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Renault a pris connaissance de l'enquête de Nissan

Le conseil d'administration a également annoncé avoir pris connaissance de certains éléments de l'enquête de Nissan qui a conduit à l'arrestation surprise de Carlos Ghosn. Le dossier ne leur a pas été transmis directement, mais a fait l'objet d'une "restitution" par les avocats de Renault d'une présentation qui leur a été faite par les avocats de Nissan.

Selon des sources proches du dossier, Nissan avait proposé au directeur général adjoint de Renault, Thierry Bolloré, ainsi qu'à certains membres du conseil d'administration du groupe français, d'examiner directement le contenu de son enquête. Mais Thierry Bolloré avait enjoint les juristes du partenaire japonais de Renault de ne pas contacter les administrateurs.

Reflet des particularités juridiques de la procédure japonaise, cette nouvelle péripétie avait également illustré les tensions qui couvent entre les deux grands partenaires de l'alliance franco-nippone, qui doit fêter l'an prochain ses 20 ans, et ce malgré les assurances officielles que chaque camp est attaché plus que jamais à la préservation du partenariat.

Maintenir la gouvernance décidée le 20 novembre

Le conseil d'administration de l'industriel français, qui dit ne pas disposer à ce stade d'informations portant sur les éléments de défense de Carlos Ghosn, a demandé le 13 décembre aux avocats de Renault de poursuivre leur analyse des informations qui leur ont été fournies, en lien avec les avocats de Nissan, "et de leur faire rapidement un nouveau point sur la situation".

Pour l'heure, le conseil a décidé de maintenir en l'état la gouvernance décidée le 20 novembre dernier, au lendemain de l'arrestation de son PDG.

Contrairement à Nissan et Mitsubishi, troisième partenaire de l'alliance, qui ont tous deux démis Carlos Ghosn de son poste de président, Renault a choisi de maintenir Carlos Ghosn dans ses fonctions, estimant ne pas disposer de suffisamment d'éléments sur l'affaire.

Le groupe avait opté à la place pour une direction intérimaire partagée entre Philippe Lagayette, président du conseil d'administration, et Thierry Bolloré, directeur général adjoint promu aux mêmes fonctions exécutives que Carlos Ghosn.

avec Reuters (par Gilles Guillaume et Laurence Frost, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS