Carlos Ghosn prône le remplacement des vieux véhicules Diesel par des neufs

Dans une interview à l'AFP TV, le PDG de Renault a reconnu la nocivité des anciens diesels du parc automobile. Il a aussi réitéré son opposition à une taxation plus lourde du diesel, un moyen d'arrêter le "tout-diesel" auquel réfléchit le gouvernement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Carlos Ghosn prône le remplacement des vieux véhicules Diesel par des neufs

Pour le PDG de Renault Carlos Ghosn, "au moment où l'Europe s'enfonce dans une crise, est-ce vraiment le moment de réduire la compétitivité du diesel en changeant les règles ?". Une question qui intervient alors que, pour la énième fois, le sujet du diesel est remis sur la table par le gouvernement.

Conforté par le problème de santé publique posé par cette motorisation, le gouvernement cherche en effet des moyens pour tourner la page du "tout-diesel", sans savoir vraiment encore comment.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour éviter une taxation plus lourde qui contribuerait à éroder encore un peu plus les ventes de voitures en France, Carlos Ghosn a en tête une autre initiative, "la vente d'anciens diesels pour acheter de nouveaux diesels". "Il faut peut-être sortir les très anciens diesels qui n'ont pas eu d'évolution technologique et qui peuvent créer des problèmes de santé", a-t-il suggéré à l'AFP TV le 5 mars.

"On comprend très bien qu'il y ait une augmentation de taxes qui est nécessaire compte tenu de la lutte contre les déficits", a-t-il nuancé à propos des mesures envisagées par le gouvernement, mais "il ne faut pas la faire d'une manière qui privilégie certaines technologies par rapport à d'autres, d'autant plus que dans le cas du diesel, c'est une technologie qui est à l'avantage des constructeurs français".

Suggérant les 60 % de diesels du parc automobile français, le patron de Renault rappelle : "Aussi bien nos collègues de PSA (Peugeot Citroën) que nous-mêmes nous avons beaucoup investi, nous avons une très forte compétence en diesel, et je pense qu'on n'a franchement pas besoin de handicap".

Et de réitérer son opposition à une éventuelle taxation plus lourde des diesels en France : "La taxation est de la décision du gouvernement mais notre opinion c'est que il n'y a pas de problème aujourd'hui de santé autour des diesels actuels", assure-t-il.

Elodie Vallerey

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS