Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Carlos Ghosn nie toute malversation, les dirigeants de l'alliance Renault-Nissan se réunissent

, , ,

Publié le , mis à jour le 26/11/2018 À 06H48

Carlos Ghosn nie les accusations à son encontre et affirme que ses rémunérations ont été octroyées en toute légalité, selon la télévision japonaise NHK. Les cadres de l'Alliance Renault-Nissan doivent se réunir cette semaine à Amsterdam pour un séminaire prévu de longue date.

Carlos Ghosn nie toute malversation, les dirigeants de l'alliance Renault-Nissan se réunissent
Des hauts responsables de Renault-Nissan vont tenter cette semaine d'éviter qu'une lutte de pouvoir mortifère entre les deux constructeurs ne menace leur coopération, après l'arrestation du PDG de l'alliance, Carlos Ghosn. Celui-ci nie les faits qui lui sont reprochés. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer
© Philippe Wojazer

Carlos Ghosn nie les faits qui lui sont reprochés, sur le radio-télévision publique japonaise NHK. Il a déclaré aux enquêteurs n'avoir jamais eu l'intention de dissimuler une partie de ses revenus au fisc.

Greg Kelly, ancien administrateur de Nissan Motor également arrêté lundi, a assuré le 24 novembre que la rémunération de Carlos Ghosn faisait l'objet de concertations et lui était versée en toute légalité, toujours selon la NHK.

Le conseil d'administration de Nissan a voté jeudi à l'unanimité l'éviction de son président. Selon les procureurs japonais, Carlos Ghosn a minimisé de moitié ses revenus entre 2010 à 2015 avec la complicité de Greg Kelly. Nissan a fait état d'autres infractions.

Eviter une lutte de pouvoir au sein de l'Alliance

Pendant ce temps, des hauts responsables de Renault-Nissan vont tenter cette semaine d'éviter qu'une lutte de pouvoir mortifère entre les deux constructeurs ne menace leur coopération. Des dirigeants des deux constructeurs et de leur partenaire Mitsubishi doivent se retrouver en milieu de semaine à Amsterdam, dans le cadre de comités opérationnels qui étaient déjà prévus avant l'arrestation de Carlos Ghosn le 19 novembre dernier, ont confirmé les groupes. "Il n'y a pas de changement dans notre relation concernant l'alliance", a déclaré un porte-parole de Mitsubishi.

En coulisse, des divergences importantes sont apparues sur les droits accordés à Renault dans le cadre des accords portant sur l'alliance entre les deux groupes, ont déclaré des sources proches du dossier à Reuters.Nissan, le partenaire le plus puissant en terme de ventes, a de nouveau appelé Renault à renoncer à sa participation de contrôle sur le groupe japonais.

Après l'éviction le 22 novembre de Carlos Ghosn du conseil de Nissan, Renault a informé Hiroto Saikawa qu'il prévoyait de nommer un quatrième administrateur, s'appuyant sur les termes de l'accord de 2002 sur l'alliance.

Dans sa réponse officielle, le DG de Nissan a contesté ce droit à Renault. Le groupe français dispose actuellement de trois administrateurs au conseil de Nissan, dont Carlos Ghosn, dont le mandat de président ne peut être révoqué qu'en assemblée générale.

Pression des investisseurs

Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie et des Finances, est revenu le 25 novembre sur la question de l'alliance, appelant une nouvelle fois à ce que les charges qui pèsent sur Carlos Ghosn soient rapidement communiquées au gouvernement français et à Renault. Il a réaffirmé son souhait de voir l'alliance se renforcer "en respectant les participations croisées telles qu'elles sont aujourd'hui", à savoir la part de 43,4% de Renault dans Nissan, qui ne possède en contrepartie que 15% du capital de Renault sans droits de vote. Il est aussi "préférable" que les règles de gouvernance, qui prévoient que le président de l'Alliance est aussi celui de Renault, "ne changent pas", a-t-il encore dit.

Les velléités d'indépendance d'Hiroto Saikawa sont toutefois encouragées par certains actionnaires, qui souhaitent que la décote du titre Nissan liée à la participation de contrôle de Renault soit levée. "La relation entre Nissan et Renault doit être rééquilibrée", observe dimanche Arndt Ellinghorst, analyste chez Evercore. "Nous appelons Renault à ramener sa participation dans Nissan (...) à environ 25% et à en utiliser le produit pour racheter ses propres titres."

Jeudi, lors de la réunion du conseil de Nissan, les administrateurs de Renault ont eux aussi voté en faveur de l'éviction de Carlos Ghosn. Ils ont pris cette décision après avoir consulté une note interne de 400 pages, sans pouvoir partager cette information, y compris avec les dirigeants du constructeur français, a-t-on appris de sources proches du dossier.

La réunion d'Amsterdam devrait permettre à Thierry Bolloré et à Hiroto Saikawa de se retrouver face-à-face pour la première fois depuis l'arrestation de Carlos Ghosn, ont indiqué des sources proches des deux groupes. "Ce sont des réunions purement opérationnelles", a toutefois précisé un responsable de Renault. Chacun des trois membres de l'alliance a tenu à souligner que la coopération au sein de l'alliance se poursuivait normalement. Nissan a toutefois annulé le lancement le 28 novembre à Yokohama et à Amsterdam d'une nouvelle version hautement performante de sa voiture électrique, la Leaf.

Un porte-parole de Nissan n'a fourni aucune explication à ce report et a déclaré que la société n'avait pas encore fixé de nouvelle date pour cette annonce.

Avec Reuters 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

27/11/2018 - 08h17 -

L'équité et la neutralité de la poursuite du Japon est douteux. ces dernières années, L'injustice ou la fraude de grandes entreprises japonaises telles que Mitsubishi Motor, Mitsubishi Material, Kobe Steel, Toshiba, Hitachi Kasei, Asahikasei, Takata, Toray, Toyo Tire & Rubber, Suzuki, Subaru, KYB ont été révélées l'une après. Ceux-ci incluent également la menace contre la sécurité des citoyens. Mais personne n'est arrêté. Même les bureaucrates qui ont falsifié des documents publics pour défendre le Premier ministre ne sont pas encore arrêtés. Mais Ghosn et Kerry ont été arrêtés.
Répondre au commentaire
Nom profil

26/11/2018 - 12h43 -

Les japonais après avoir eté sauvés par Renault veulent changer les règles du jeu? Alstom doit se soumettre aux allemands, les chantiers de l´Atlantique à Fincantieri, Lafarge à Holcim, Arcelor à Mittal. Les allemands prennent de plus en plus de poids dans Airbus. Et maintenant Renault premier actionnaire devrait se retirer de Nissan? Serions nous mauvais negociateurs en affaires? Cela y ressemble beaucoup.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle