Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Carlos Ghosn entame son deuxième jour de garde à vue, Renault réunit son conseil d'administration

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le , mis à jour le 20/11/2018 À 09H35

Ce 20 novembre, Carlos Ghosn est toujours auditionné par la justice nippone à propos de fraude financière présumée. L’action de Nissan a chuté à la bourse de Tokyo. Mitsubishi, l’autre marque nippone de l’Alliance, veut aussi démettre de ses fonctions celui qui dirige par ailleurs le groupe français Renault. Celui-ci va réunir son conseil d'administration ce 20 novembre.

Carlos Ghosn entame son deuxième jour de garde à vue, Renault réunit son conseil d'administration
Carlos Ghosn au Mondial de l'automobile en septembre 2018.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Deuxième journée de garde à vue pour Carlos Ghosn à Tokyo (Japon). Le dirigeant de l’alliance Renault Nissan a été arrêté le 19 novembre, à la descente de son jet privé, pour des faits présumés de fraude financière. Le patron franco-libano-brésilien est auditionné dans un centre de détention de la capitale nippone. Il doit notamment s’expliquer sur la dissimulation de 44 millions de dollars de revenus.

Des maisons non déclarées au coeur de l'enquête

Selon la télévision publique japonaise NHK, Nissan Motor avait mis à disposition de son président des maisons à Rio de Janeiro, Beyrouth, Paris et Amsterdam. "Nissan aurait payé des milliards de yens à une entreprise affiliée qui est propriétaire des maisons. Carlos Ghosn n'aurait payé qu'une partie du loyer". Des avantages absents du compte-rendu financier transmis à la Bourse de Tokyo.

Nissan, Mitsubishi et Renault vont réunir leurs CA

Nissan s’est rapidement désolidarisé de son leader. La société a annoncé dès le 19 novembre la réunion de son conseil d’administration le jeudi 22 novembre en vue de démettre le dirigeant français de ses fonctions de président. L’autre marque nippone du groupe, Mitsubishi, va en faire de même dans les prochains jours.

Renault va également réunir son conseil d’administration ce 20 novembre, a fait savoir l’entreprise française. La réunion est prévue à 19 heures. "Dans l’attente d’informations précises émanant de Carlos Ghosn, Président-Directeur Général de l’entreprise, les administrateurs consultés expriment leur attachement à la défense de l’intérêt du groupe Renault dans l’Alliance", était-il précisé dans un communiqué le 19 novembre.

L’action Nissan a perdu 5,5%  le 20 novembre, atteignant son niveau le plus bas de l’année, tandis que Mitsbushi Motors a chuté de 6,85%, dans un indice Nikkei en baisse d’1,09% à 21.583,12 points. Le 19 novembre, l’action Renault avait terminé la journée sur une baisse de 8,43% à la bourse de Paris.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/11/2018 - 09h54 -

Encore une preuve que la mondialisation et le libéralisme qui permet à certains d'obtenir de tels gains- qui manquent ensuite au pays- et d'en dissimuler une partie, est contraire à la liberté des peuples.Contraindre tous les peuples Européens à accepter des décisions irrévocables est déjà une sorte de dictature, qu'aucun de nos représentants n'a dénoncé ? Contraindre une majorité populaire à accepter les décisions d'une minorité agissante ,seule informée des conséquences de ces décisions est anticonstitutionnel puisqu'il s'agit de supprimer le libre arbitre de chacun !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle