Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Carlos Ghosn devrait bien rester à son poste de PDG de Renault

Julie Thoin-Bousquié ,

Publié le , mis à jour le 12/02/2018 À 14H12

Le ministère français de l'Economie et des Finances a confirmé le renouvellement de Carlos Ghosn à la tête de Renault. Jeudi, un conseil d’administration doit statuer sur ce renouvellement.

Carlos Ghosn devrait bien rester à son poste de PDG de Renault
Carlos Ghosn
© Renault

La rumeur circulait depuis un certain temps. Carlos Ghosn devrait bien briguer un nouveau mandat en tant que président directeur-général du groupe Renault. Et ce, avec le soutien de l'Etat. Lors du conseil d’administration fixé au jeudi 15 février, l'Etat devrait voter pour cette résolution en faveur du maintien du PDG du constructeur au Losange à ses fonctions, a-t-il été précisé ce lundi 12 février. Cette annonce intervient alors qu'une réflexion est en cours sur l’évolution de la gouvernance chez le constructeur, avec la possibilité de nommer un numéro deux opérationnel aux côtés de Carlos Ghosn. Et ce, dans un contexte de départs en série. 

Selon "des sources proches du groupe" citées par Reuters le vendredi 9 février, l'allemand Stefan Muller, Chief Performance Officer (CPO) depuis 2016 et cité afin de seconder Carlos Ghosn, devrait en effet quitter le constructeur automobile. Une décision qui aurait été prise au début du mois de février. "On m'a même dit qu'il avait déjà plié bagage" a ajouté un cadre aux Echos, ce que réfute un porte-parole de Renault interrogé par Reuters: "Aujourd'hui, il n'a pas quitté le groupe", a-t-il déclaré.

Ce faisant, Stefan Muller devrait emboîter le pas à Thierry Desmarest, administrateur indépendant chez Renault, qui aurait pour sa part démissionné de son mandat au conseil d'administration de Renault. Une décision que Thierry Desmarest, ancien patron de Total et dont le mandat courait jusqu’en 2020, aurait prise de toute manière, précise une source aux Echos. Idem pour Stefan Muller, pour des "raisons personnelles".

Thierry Bolloré comme dauphin de Carlos Ghosn

De quoi laisser un boulevard à Thierry Bolloré, ancien de Michelin et Faurecia, et actuel directeur délégué à la Compétitivité (CPO) du groupe au Losange. Celui-ci pourrait ainsi obtenir le poste de directeur général délégué (Chief Operating officer) du groupe automobile français. Une nomination qui pourrait être confirmée lors de la publication de ses résultats annuels vendredi 16 février, toujours selon les sources interrogées par Reuters. D’après Les Echos, cette nouvelle configuration à la tête de Renault a même reçu la bénédiction de Bercy, Thierry Bolloré ayant été reçu et adoubé par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Carlos Ghosn devrait ainsi rester à la présidence de Renault, tout en déléguant donc les manettes opérationnelles à Thierry Bolloré.

Ces changements interviennent alors que Carlos Ghosn a déjà cédé la direction opérationnelle de Nissan à un numéro deux pour n'en conserver que la présidence, comme chez Mitsubishi. Renault ne devrait pas échapper à ce mouvement, avec la probable nomination de Thierry Bolloré. Surtout que l'Etat français, principal actionnaire de Renault, a pressé Carlos Ghosn de désigner un numéro deux susceptible de prendre un jour la relève à la tête de l'alliance avec Nissan.

Julie Thoin-Bousquié avec Reuters

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle