Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Carlos Ghosn a méthodiquement dévitalisé Renault", dénonce la CGT

, ,

Publié le

Alors que Carlos Ghosn et Emmanuel Macron bataillent sur la gouvernance, le syndicat dénonce l’état de l’outil de production et le déséquilibre de l’Alliance au détriment du constructeur français.


Crédits Pascal Guittet

"C’est au détriment de Renault et de ses salariés que l’Alliance est déséquilibrée !". C’est le message que tenait à faire passer le délégué syndical central de la CGT de Renault Fabien Gâche ce mardi 10 novembre lors d’une conférence de presse. Celle-ci intervenait suite aux passes d’armes de ces derniers jours entre Carlos Ghosn et Emmanuel Macron sur la place de l’Etat au capital du constructeur et le possible rééquilibrage de l’Alliance Renault-Nissan au profit du constructeur nippon.

"Nous sommes opposés à une fusion. Nous ne sommes pas contre une Alliance mais il ne faut pas que ce soit au détriment de l’un des deux partenaires, explique le responsable syndical. Aujourd’hui, le gouvernement ne se préoccupe que de la question financière et soutient l’orientation de Carlos Ghosn concernant l’intégration opérationnelle. Il est sourd à la réalité de l’entreprise. C’est irresponsable et cela risque d’être lourd de conséquence".

"Sovietisation" de l'organisation du travail

Pour la CGT, Renault a été "vidé de sa substance". En même temps qu’il a construit l’Alliance, "Carlos Ghosn a méthodiquement dévitalisé Renault au point de mettre en péril l’existence même de l’entreprise", dénonce le syndicat, citant les "investissements à minima, la suppression de milliers d’emplois, l’externalisation, la précarisation, la mise en concurrence exacerbée". "Dans l’ingénierie, c’est Nissan qui pilote de plus en plus les projets Renault, insiste le syndicat. En tout cas qui décide de l’exécution ou non des projets par les équipes de Renault".

Le secteur de la production est également très touché, insiste le syndicat. Sur les cinq sites de montage, alors que le nombre de véhicules produits cette année devrait revenir à celui de 2010 (soit 630 000 véhicules), les effectifs d’ouvriers sont passés de 12 470 à 8 470 personnes en CDI fin 2014.

Les effectifs des techniciens et agents de maîtrise sont passés de 4 417 à 2 997 personnes, tandis que les cadres sont passés de 645 à 544 personnes. Le groupe fait dans le même temps un appel massif aux intérimaires. Le syndicat dénonce une "soviétisation de l’organisation du travail".

"80 % d'intérimaires à Flins"

"Flins, souvent cité en exemple, fonctionne avec 80 % d’intérimaires, quand certains constructeurs considèrent qu’au-delà de 9% c’est problématique. 80 % des voitures qui y sont produites nécessitent des retouches, affirme Fabien Gâche. Le directeur de l’usine lui-même en appelle aux syndicats, faute d’être entendu par la direction. Au Mans, il n’y a pas eu depuis longtemps d’investissements sur les machines qui datent des années 80. Dans certains secteurs de production, on atteint 20 ou 30 % de rebut. Alors on embauche des intérimaires pour trier les pièces… Résultat, nous avons plus de 100 000 disques de frein de retard sur le Captur. Nous sommes actuellement incapables de livrer la demande, et nous atteignons des délais de plus de six mois selon les modèles".

Patrick Déniel

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

11/11/2015 - 14h04 -

L'état de l'entreprise a beau être ce qu'il est ce n'est pas a l'état Français d'y "mettre un autre PDG a la tête".

L'Etat n'a rien a voir la dedans et ne devrait rien dire mais on le sait depuis longtemps l'Etat s'interesse malheureusement plus a l'argent qu'a ses citoyens...
Répondre au commentaire
Nom profil

10/11/2015 - 19h45 -

les difficultés des usines renaults en zone euros de même que la reprise de vigueur de celle en zone Yen/dollars depuis 1999 s'explique par l'inversion de compétitivité dû à la dépréciation constante du yen et du dollars face à l'euro. Le japon et les USA pratiquant le QE (planche à billet) depuis de nombreuses années avant que l'euro zone s'y attèle timidement.
En revanche on ne comprends pas la répartition des rôles ni des marchés qui se font majoritairement au profit du japonais. Renault aurais du monter en gamme , passer à l'hybride , être maître-d'oeuvre du véhicule électrique bref investir massivement quitte à fermer des usines en france et délaisser le low cost et le milieu de gamme à dacia, avtovaz et nissan. On constate qu'il n'en est rien, la nissan leaf et le développement de technologie en doublon non compatible sont la goutte d'eau d'absurdité imputable à la politique de Ghosn.
La situation est ubuesque, nissan sauvé de la faillite grâce à renault qui à eu l'amabilité de soutenir sa relève plutôt que d'en sucés la moelle comme c'est d'ordinaire le cas (je ne connais pas d'exemple d'entreprise qui se porte mieux que jamais après avoir été racheté) réclame maintenant plus de pouvoir.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/11/2015 - 18h47 -

Pour une fois, je suis d´accord avec la CGT.
Il est urgent que l´Etat français mette un autre PDG à la tête de cette entreprise.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle