Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Carige devrait pouvoir garantir son appel au marché

Publié le

Infos Reuters MILAN (Reuters) - Banca Carige devrait signer d'ici la fin du week-end, peut-être même dès vendredi soir, un accord avec des banques pour qu'elles se portent garantes de son augmentation de capital de 560 millions d'euros, a-t-on appris de source proche du dossier.

Carige devrait pouvoir garantir son appel au marché
PBanca Carige devrait signer d'ici la fin du week-end, peut-être même dès vendredi soir, un accord avec des banques pour qu'elles se portent garantes de son augmentation de capital de 560 millions d'euros, a-t-on appris de source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Garofalo
© Alessandro Garofalo

L'établissement italien, dont le bilan est lesté par une quantité importante de créances douteuses, doit redresser son ratio de fonds propres d'ici la fin de l'année à la demande de la Banque centrale européenne sous peine d'être mis en liquidation.

La banque génoise prévoit aussi des cessions d'actifs et un échange de dettes pour redresser sa situation financière.

Toutes les conditions pour un accord de souscription à l'augmentation de capital sont réunies et seuls quelques détails restent à régler, a dit la source. Carige devrait pouvoir lancer son augmentation de capital vers le milieu de la semaine prochaine, a ajouté cette personne.

"Le contrat de souscription sera finalisé ce week-end, peut-être dès ce soir", a dit la source vendredi.

Carige espérait conclure un accord mercredi dernier avec Credit Suisse, Deutsche Bank et Barclays mais des difficultés de dernière minute ont amené ces établissements à ne pas s'engager à souscrire les titres qui ne seraient pas placés à l'issue de l'opération.

L'administrateur délégué de la banque, Paolo Fiorentino, a multiplié les réunions ce vendredi pour tenter de sauver cet appel au marché.

Un échec de Carige fragiliserait à nouveau le secteur bancaire italien, handicapé dans son ensemble par l'accumulation de plus de 300 milliards d'euros de créances douteuses, près d'un tiers de l'ensemble des "prêts non performants" (non performing loans, NPL) des banques de la zone euro.

(Valentina Za et Andrea Mandala; Bertrand Boucey pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus