L'Usine Energie

Carbone Lorraine se donne les moyens de ses ambitions vertes

, ,

Publié le

Le groupe de composants électriques et de matériaux performants lance une nouvelle augmentation de capital d’environ 60 millions d’euros, afin de financer sa stratégie tournée vers l’Asie et l’énergie.

Carbone Lorraine se donne les moyens de ses ambitions vertes © Carbone Lorraine

Pour réduire son endettement* et ainsi poursuivre sa stratégie de croissance, Carbone Lorraine s’apprête à lancer une nouvelle augmentation de capital, de l’ordre de 60 millions d’euros.  Les actionnaires, dont les 25 000 à 30 000 individuels, bénéficieront de droits préférentiels. AXA Private Equity (environ 17 %) et Sofina (7 %), les deux plus gros actionnaires, souscriront à l’opération, à hauteur de leur participation respective. En juin, via une ligne de financement Paceo, le spécialiste français des composants électriques et solutions en graphite avait déjà levé 22,3 millions d’euros, représentant une augmentation de 8,4 % de son capital initial (1,2 million d’actions).

Supérieur à 80 millions d’euros, cet apport financera les investissements industriels et la croissance externe. « Nous avons plusieurs cibles en tête. La première opération pourrait consister à racheter les 40 % de Calcarb pour près de 25 millions d’euros. Nous disposons d’une option jusqu’à fin 2009 », glisse le directeur administratif et financier Jean-Claude Suquet. Fin 2008, le groupe avait pris possession de 60 % de ce fabricant écossais de feutres rigides en graphite employés dans l’industrie solaire, numéro 2 mondial.

Restructuration achevée

Une acquisition illustrant la mutation de Carbone Lorraine, qui est totalement sorti du marché automobile, un secteur qui pesait encore 25 % de son chiffre d’affaires en 2003. Pour Ernest Totino, président du directoire, « la restructuration est achevée. Nous préparons désormais l’avenir grâce à quatre capteurs de croissance : l’innovation, l’Asie, les acquisitions ciblées et nos marchés porteurs. » Région où le groupe français détient une dizaines de sites (surtout en Chine), l’Asie représente aujourd’hui 22 % des ventes et la seule zone en croissance au premier semestre (+ 3 %). L’objectif à terme est fixé à 30 %, en profitant du dynamisme de l’énergie et des transports.

Pour sa croissance externe, Carbone Lorraine vise des sociétés en bonne santé, présentant des synergies fortes et dont l’équipe de management est prête à suivre le groupe. Réalisées via endettement, les acquisitions des deux dernières années ont atteint près de 100 millions d’euros. Les prochaines concerneront les « marchés porteurs », que sont la chimie-pharma (16 % des ventes au premier semestre, rachat récent de Lumpp) et les activités liées au développement durable (énergies renouvelables, efficacité énergétique, nucléaire et transport ferroviaire). Ces dernières constituaient l’an passé un tiers du chiffre d’affaires, la direction veut à l’avenir franchir la moitié des ventes.

Mesures de rigueur maintenues, objectifs 2011 repoussés

En suivant ses orientations, la direction espère bien profiter de la reprise, pas prévue avant 2010. En attendant, le premier semestre affiche un recul de 13 % des ventes (en constant). Le troisième trimestre est anticipé à un rythme similaire à celui du deuxième : autour de - 20 %. Si le quatrième s’annonce plus favorable, Carbone Lorraine maintient ses mesures d’adaptation à la crise. Les besoins en fonds de roulement sont rabotés grâce à une diminution drastique des stocks et des actions sur la supply chain. Les investissements sont revus à la baisse : moins de 50 millions d’euros pour 2009, même niveau pour 2010, alors que 220 M€ étaient prévus jusqu’en 2011. Enfin, un plan de réduction des coûts vise 12 M€ d’économies en 2009. Depuis un an, les effectifs ont été diminués de 600 personnes, essentiellement des intérimaires en Europe et aux Etats-Unis.

Les ambitieux objectifs du plan Expansion 2011, à savoir un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros et un ROCE avant impôts de 18 %, n’ont pas été abandonnés, mais leur calendrier de réalisation reste inconnu.



* Au 30 juin 2009 : 276 millions d’euros de dette nette, soit un ratio dette nette sur Ebitda de 3,06 et sur fonds propres de 0,76.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte