Carbone Lorraine plombé par ses marchés traditionnels

, ,

Publié le

Les ventes reculent, mais la rentabilité résiste grâce aux restructurations antérieures et aux économies réalisées l'an passé. Fort de son positionnement sur le développement durable et l’Asie, Carbone Lorraine retrouvera la croissance en 2010.

Carbone Lorraine plombé par ses marchés traditionnels © Carbone Lorraine

En 2009, le spécialiste français des composants électriques et solutions en graphite a sévèrement payé la facture de la crise avec un chiffre d’affaires en recul de 11,4 % à 587,3 millions d’euros. A données constantes, la division « Systèmes et matériaux avancés » perd 14,5 % de chiffre d’affaires, « Systèmes et composants électriques » se replie de 17 %.

Par marchés, la dégringolade des ventes s’avère plus brutale dans les industries de process (-23 %), qui représentent 26 % du chiffre d’affaires, et l’électronique (-12 %) que dans le transport (-6 %) et en chimie-pharma (-7 %). L’énergie, qui pèse désormais 21 % des ventes, constitue le seul secteur en croissance (+5 %), avec une légère hausse de l’éolien et surtout une forte poussée dans le solaire. Géographiquement, l’Amérique du Nord (34 % des ventes) a reculé de 21 %, -16 % en Europe (39 % des ventes) et -7 % en Asie (22 % des ventes).

Point de vue rentabilité, la marge opérationnelle recule de 12,5 à 8,7 %, avec un résultat opérationnel courrant de 51 millions d’euros. Le bénéfice net s’écroule même de 50 % à 14,9 millions d’euros. Cette chute s’explique notamment par 11 M€ de charges non récurrentes liées à l’activité (cédée début 2009) Balais pour moteurs électriques et électroménager et par une plus-value de 10 M€ enregistrée en 2008 sur le vente de la branche Freinage.

Malgré l’affaissement des ventes, le directeur administratif et financier Jean-Claude Suquet (qui part en retraite fin mars) salue la résistance des bénéfices, grâce aux restructurations de la dernière décennie et au plan d’économies mis en place dès le début de la crise. Celui-ci a généré une réduction des coûts de 18 millions d’euros, alors que l’objectif avait été fixé à 12 millions. L’endettement net a également été sabré de 306 à 215 millions d’euros, grâce à la trésorerie dégagée (23,2 M€ après investissement) et aux augmentations de capital (88 M€) souscrites par les actionnaires.

Pour 2010, Carbone Lorraine compte retrouver le chemin de la croissance, au regard de « la confirmation des signes de reprise depuis plusieurs mois, et margé un environnement qui reste incertain ». En revanche, il estime que son chiffre d’affaires ne reviendra pas encore au niveau de 2008 (661,9 M€), en dépit d’un apport de 30 millions d’euros de ventes grâce aux acquisitions (réalisées en 2009 et en cours de négociation). Le groupe, qui compte près de 1 500 salariés en France sur un effectif mondial de 5 700 personnes, anticipe également une amélioration de sa marge opérationnelle.

Le président du directoire Ernest Totino poursuit sa stratégie tournée vers le développement durable et l’Asie. Dans cette région, le groupe va renforcer ses capacités en Chine, en Inde et en Corée du Sud. Carbone Lorraine veut atteindre à moyen terme 50 % de ses ventes dans les secteurs verts, contre 33 % en 2008.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte