Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Carambar & Co confirme avoir retiré de la recette des Malabar toute trace de nanoparticule

Aurélie M'Bida ,

Publié le

Alors qu'elle n'était pas concernée par la plainte déposée par UFC-Que Choisir contre neuf fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques, Carambar a annoncé le retrait des nanoparticules contenues dans ses chewing-gums Malabar.

Carambar & Co confirme avoir retiré de la recette des Malabar toute trace de nanoparticule
Carambar & Co confirme avoir retiré de la recette des Malabar toute trace de nanoparticule
© visual07/ Flickr/ CC

Chez Carambar & Co, on n'attend pas la jurisprudence pour agir. La société française, propriétaire des produits de la marque Malabar a annoncé le 12 février, avoir retiré de ses chewing-gums le dioxyde de titane, un additif (E171) qui contient des nanoparticules. Contactée par L'Usine Nouvelle, l'entreprise a confirmé que "le dioxyde de titane a été retiré du produit Malabar depuis la fin 2017". Il est amené à demeurer encore sur les emballages jusqu'à la mi-année. Cette annonce intervient alors qu'une polémique enfle à propos de la dangerosité de cet additif. Et notamment après que l'association de consommateurs UFC-Que Choisir a déposé, le 23 janvier dernier, neuf plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques pour avoir dissimulé des nanoparticules.

Les groupes industriels Casino, JDE, Mars Chocolat France, Mc Cormick, Colgate-Palmolive, Lavera Gmbh & Co. KG, Avene, Coty et GlaxoSmithKline ont été ciblés par l'association pour manquement à leur obligation de signaler sur l'emballage la présence des nanoparticules contenues dans leurs produits. Une obligation légale d'étiquetage datant de 2013 pour les cosmétiques et 2014 pour l'alimentaire. Mars Chocolat France, le Mélange Malin d'épices de McCormick, Casino (pour ses soupes) et les Laboratoires des eaux thermales Avène ont notamment démenti l'utilisation de nanomatériaux contraires à la réglementation ou assuré être en train de les retirer de leurs produits.

Image de marque

Connu pour ses vertus blanchissantes dans le dentifrice, les bonbons et les médicaments, le dioxyde de titane (TiO2), préserve également les bâtiments de la pollution et protège le lait frais de la lumière. Plébiscité par l’industrie pour toutes ces qualités, il n’est pas, à proprement parler, dangereux pour la santé. Sauf sous forme de nanoparticules, ces dernières ayant la capacité de migrer dans le corps humain. C'est en tout cas ce qu'a conclu le Comité d’évaluation des risques (CER) de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) qui a conduit à son classement comme substance suspectée cancérigène de catégorie 2. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de son côté, a conclu que des effets non identifiés auparavant de l’additif alimentaire E171 pouvaient être promoteurs de la cancérogenèse. Tout en recommandant de mener des études complémentaires.

A l'image de toute une partie de l’industrie qui anticipe un risque de perte de leur image de marque associé à l'utilisation de ce produit, Carambar & Co a reconnu dès le printemps dernier utiliser du E171 comme colorant pour les Malabar (dont ils détiennent la licence auprès du groupe Mondelez), sous une forme autorisée et non sous la forme de nanoparticules. Et entrepris de travailler à une nouvelle recette sans cette molécule. Voilà qui est chose faite depuis décembre 2017.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus