Cap Vert Energie s'attaque à la vente directe d’énergie locale en passant par l'international

Pour conquérir le marché français de la vente directe d’énergie renouvelable locale, la PME Cap Vert Energie fait un détour par le Chilli, les Etats-Unis et l’Afrique de l’Ouest.

Partager

Cap Vert Energie s'attaque à la vente directe d’énergie locale en passant par l'international
Cap Vert énergie a installé un parc photovoltaïque VIL-Canteranne sur les communes de Rouillas et Ponteilla (Pyrénées-Orientales) sur des serres agricoles d'une puissance de 11,6 MWc.

L’avenir des énergies renouvelables en entreprise est aux contrats privés de vente directe d’énergie ou PPA (power purchase agreement). Le producteur indépendant d’énergie solaire et de biogaz Cap Vert Energie en est persuadé. Mais l’achat direct d’énergie produite localement n’est vraiment pas encore entré dans les habitudes hexagonales. C’est donc à l’étranger que cette PME marseillaise de 65 personnes, créée en 2009 et qui possède un parc photovoltaïque et biogaz en exploitation et en construction de 75 MWc, a décidé de faire ses armes.

Gagner en expérience

"Notre ambition est un parc de 820 MW en 2022, dont la moitié à l'international, avance Pierre de Froidefond, associé fondateur de Cap Vert Energie. En France, la vente directe est en train de se mettre en œuvre, tirée par les grands industriels qui se mobilisent pour décarbonner leur mixte énergétique et valoriser leurs déchets, mais la mise en œuvre se fait sur un temps long."

Ailleurs, cela va plus vite. Et après une étude de marché de deux ans, la PME a décidé de développer son modèle au Chili, dans deux états des Etats-Unis (New-York et Massachussets) et de tenter sa chance en Afrique. "Le fait d'aller à l'international va nous permettre de gagner en expérience", précise le dirigeant.

Chilli, Etats-Unis et Afrique

Au Chili, Cap Vert Energie a commencé par acquérir trois projets prêts à construire et à raccorder au réseau pour être identifier comme producteur, étape indispensable avant la vente directe. Une équipe de quatre personnes (bientôt sept) développe l’activité autour de Santiago. Aux Etats-Unis, l’activité n’a été lancée que fin 2016, avec trois personnes sur place. Pour l’Afrique, l’équipe dédiée de quatre personnes reste basée au siège, à Marseille.

Pour financer ces développements, la PME a levé de 19 millions d’euros en deux tours de table. En France, elle envisage aussi de se lancer dans la microhydroélectricité.

Aurélie Barbaux Grand reporter Énergie & industrie durable

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS