Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Canons anti-grêle, ballons chargés de sels… Comment les viticulteurs luttent contre les orages

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Vidéo La danse de la pluie, mythe ou réalité ? Malgré les débats scientifiques, les viticulteurs s'arment de solutions sophistiquées pour essayer de déjouer les ravages de la grêle. Entre nouvelles technologies et procédés centenaires, les outils employés ont de quoi surprendre. 

Canons anti-grêle, ballons chargés de sels… Comment les viticulteurs luttent contre les orages
C’est un véritable fléau pour les viticulteurs : la grêle.
© Pixabay

C’est un véritable fléau pour les viticulteurs : la grêle. Provoqués par un printemps particulièrement chaud et électrique, les orages se sont multipliés au-dessus des vignobles français, entraînant d’importants dégâts pour les exploitants. En un week-end, 7000 hectares de cultures ont été endommagées dans le vignoble bordelais et 10 000 hectares dans le bassin Charente-Cognac. Dans le vignoble champenois, ce sont 1000 hectares complètement détruits à la suite des orages d’avril et mai.

Les effets ravageurs de la grêle amènent les viticulteurs à s’armer pour tenter de mieux maîtriser le phénomène naturel. Solutions numériques, arsenal de petit chimiste… Les parades imaginées sont de plus en plus sophistiquées même si elles suscitent des débats scientifiques et qu’il est difficile de prouver leur efficacité. Nous avons repéré trois technologies utilisées par les viticulteurs pour déjouer la grêle.

Radars intelligents et ballons chargés de sels

L’une des solutions anti-grêle les plus récentes a été développée par la PME Selerys, basée à Rousset (Bouches-du-Rhône), en partenariat avec Lacroix, spécialiste des dispositifs de modification climatique. Leur technologie baptisée Laïco s’appuie sur un système de détection des orages et est proposée en abonnement annuel de 800 euros. Les radars installés par Selerys couvrent une zone de 60 kilomètres et sont équipés d’un logiciel d’analyse météorologique qui calcule en temps réel la forme, l’intensité et la dangerosité des nuages dans le périmètre. Dès qu’un risque de grêle est détecté, le logiciel alerte l’utilisateur “jusqu’à 1 heure avant l’événement par SMS ou par mail”.

C’est ensuite qu’intervient la deuxième partie de la solution Laïco : le ballon chargé de sel. L’ensemencement est une technique bien connue des viticulteurs qui consiste à relâcher des aérosols dans les nuages pour diminuer la taille des grêlons ou provoquer une pluie avant qu'ils ne se forment.

Sur ce principe, Lacroix a développé une “torche hygroscopique” (qui absorbe l’humidité de l’air) tandis que Selerys a créé le ballon, son sytème de déclenchement et la station de lancement. Dans une vidéo (voir ci-dessous), l’entreprise détaille la mise en place du ballon. L’entreprise dit avoir déployé sa technologie dans sept pays d’Europe et d’Asie Mineure, aussi bien pour des zones agricoles que pour des parcs de constructeurs automobiles.

Les générateurs de particules glaçogènes

Une autre solution d’ensemencement est proposée par l’Anelfa (Association nationale d’études et de lutte contre les fléaux atmsophériques). Il s’agit de générateurs de particules glaçogènes qui “vaporisent une molécule complexe d’iodure d’argent-iodure de sodium dans une flamme d’acétone”, explique l’association sur son site. Ce dispositif prend la forme de deux bouteilles de gaz et d’une “cheminée”. Il permet de diffuser dans l’air un mélange gazeux qui comporte des particules d’iodures d’argent. Dans les nuages, ces particules vont permettre la démultiplication des grêlons mais aussi d’en diminuer leur dimension. De taille réduite, la grêle a ainsi un impact moindre sur le sol ou peut même fondre avant d’atteindre les cultures. Dans la communauté scientifique, l'effet des particules d'iodures d'argent sur la santé ou la qualité des cépages fait néanmoins débat.

 

Le canon anti-grêle

Assez insolite et quelque peu bruyant, le canon anti-grêle génère des ondes de chocs vers un nuage pour empêcher la formation de gros grêlons. Les ondes agissent sur les grêlons en cristallisant leur couche externe ce qui les empêche de s’agglomérer et de devenir trop gros, de la même manière que pour les générateurs de particules glaçogènes.

Le canon anti-grêle se compose souvent d’un bâtiment en béton ou d’un conteneur qui sert de chambre d’explosion. Un diffuseur conique dépasse de la chambre pour orienter les ondes vers les cieux orageux. Il s’agit, à vrai dire, d’une solution assez ancienne puisqu’elle apparaît dès le début du XXe siècle mais la recrudescence des orages la remet au goût du jour. Même si, avec des détonations atteignant les 140 décibels, le dispositif est source de nuisances sonores.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle