Canberra signe avec Naval Group pour 12 sous-marins d'attaque

PARIS/SYDNEY (Reuters) - Le groupe français Naval Group a signé lundi un accord de partenariat stratégique avec le gouvernement australien pour la fourniture de douze sous-marins d'attaque Barracuda dans le cadre d'un contrat global de 31,3 milliards d'euros.
Partager
Canberra signe avec Naval Group pour 12 sous-marins d'attaque
Le groupe français Naval Group a signé lundi un accord de partenariat stratégique avec le gouvernement australien pour la fourniture de douze sous-marins d'attaque Barracuda dans le cadre d'un contrat global de 31,3 milliards d'euros. /Photo prise le 16 novembre 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

L'accord, scellé au terme de 18 mois de négociations, a été signé en présence de la ministre française des Armées, Florence Parly, de son homologue australien Christopher Pyne et du Premier ministre Scott Morrison.

"Cela signifie que nous sommes sûrs d'être à l'avant-garde en matière de navires de guerre et de puissance de feu", a déclaré Scott Morrison devant des journalistes.

L'accord prévoit la construction d'un chantier naval à Osborne, au nord d'Adélaïde, où seront assemblés les 12 submersibles, et celle des systèmes de combat, confiés à l'américain Lockheed Martin.

Un premier contrat dit de "design", d'une durée de quatre ans, sera également signé avec une première enveloppe de 1,4 milliard d'euros, a récemment précisé Jean-Michel Billig, directeur du programme Australie de Naval Group.

Le constructeur militaire français, détenu à plus de 62% par l'Etat français et à 35% par Thales, avait emporté ce contrat "du siècle" en avril 2016 face à l'allemand TKMS et à un consortium japonais composé de Mitsubishi et Kawasaki.

L'assemblage du premier sous-marin doit débuter en 2023 pour une première livraison au tout début des années 2030. Les suivants seront livrés à un rythme d’environ un sous-marin tous les deux ans.

Actuellement, 350 personnes travaillent sur ce projet à Cherbourg (Manche), un chiffre qui va doubler dans les cinq ans qui viennent, indique Jean-Michel Billig.

En Australie, une centaine d'employés de Naval Group sont actuellement mobilisés, un effectif qui devrait culminer à 1.500 personnes d'ici huit à neuf ans.

(Sophie Louet et Jean-Michel Belot à Paris, avec Colin Packham à Sydney; Arthur Connan pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

NAVAL GROUP

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS