Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Campagne agricole 2015-2016 au Maroc : une chute de 70% de la récolte céréalière attendue

, , ,

Publié le

L'estimation d'une chute de 70% de la récolte céréalière marocaine concernant la campagne agricole 2015-2016 a confirmé les craintes attendues. En cause, un "sérieux" déficit pluviométrique jamais vu depuis 30 ans au royaume. Le Maroc va devoir importer des millions de tonnes de céréales pour ses besoins même si en dehors de la campagne céréalière, la campagne agricole globale pourrait cependant limiter les dégâts. Explications.

Campagne agricole 2015-2016 au Maroc: une chute de 70% de la récolte céréalière attendue © agriculture.gov.ma

Les craintes d'une mauvaise campagne agricole 2015-2016 au Maroc étaient fondées. En effet, la récolte céréalière ne représenterait qu'à peine le tiers de la précédente. En volume, la production céréalière attendue serait de 33,5 millions de quintaux contre 110 millions lors de la campagne 2014-2015. Une forte baisse de 70%.

C'est ce qu'a annoncé le ministère de l'agriculture dans un communiqué publié le 10 mai et relatif  aux prévisions de la campagne agricole 2015-2016.

"La campagne agricole 2015-2016 a été caractérisée par des conditions climatiques particulières : un sérieux déficit pluviométrique, accentué par une mauvaise répartition spatiale et temporelle, ainsi qu’une augmentation des températures durant l’automne, période de démarrage et de croissance des céréales" lit-on d'emblée dans le communiqué.

Conséquence directe, le Maroc va se trouver dans l'obligation d'importer des millions de tonnes de céréales pour couvrir ses besoins auprès de ses fournisseurs habituels que sont les Etats-Unis, la France et le Canada.

Dans le détail, la récolte prévisionnelle en blé tendre qui représente 56% de la production céréalière a été estimée à 18,6 millions de quintaux. Celle du blé dur serait de 8,7 millions de quintaux avec 26% du total. L'orge dégagerait une production de 6,2 millions de quintaux avec 19% du total.

La production des légumineuses d’automne connaîtra également une baisse de 40 à 60%. Elle dépendra notamment des résultats du pois chiche de printemps, dont les perspectives s’annoncent "encourageantes", en tenant compte des récentes pluies.

D'une manière globale, la campagne agricole hors céréales enregistrerait plutôt de "bonnes" performances notamment en ce qui concerne l'arboriculture fruitière (+15%), l'olivier (+24%) et les agrumes (+7%).

Les cultures industrielles de leur côté afficheraient une augmentation moyenne de 5% pour la betterave à sucre et les cultures oléagineuses. Les cultures maraichères augmenteraient de 4 à 5%.

Quant à la filière de l'élevage et des cultures fourragères elle connaitrait une croissance moyenne de 4% selon la source ministérielle marocaine.

En ce qui concerne la pluviométrie, "la campagne agricole 2015/16 a connu 98 jours sans pluie durant la période novembre-février (cycle de croissance des céréales), soit la période sèche la plus longue enregistrée à cette date. De plus, durant cette période, les températures étaient supérieures de 2,7° à celle enregistrées en 2014/15 et de 2 à 3° par rapport à une année moyenne" explique le ministère qui attire l'attention sur le fait que "la campagne actuelle affiche le volume pluviométrique le plus faible des 30 dernières années à cette date".

Cependant, le changement de la structure de la valeur ajoutée du secteur agricole a permis de contenir l’impact de la faible campagne céréalière sur la croissance du secteur note le communiqué. Ainsi, la valeur ajoutée agricole de la campagne 2015/2016 devrait avoisiner les 110 milliards de dirhams soit une baisse de 7,3% par rapport à l’année 2015.

"En outre, comparé à 2009, où la production des trois céréales principales était de 102 millions de quintaux, la valeur ajoutée agricole était de 100 milliards de dirhams. Aujourd’hui, la valeur ajoutée est supérieure de 10%, avec une production céréalière en recul de 70%" souligne encore le ministère.

N.D.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle