Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

CALCULSTurbomeca muscle son informatique scientifiqueL'entreprise conforte son avance grâce à l'installation du supercalculateur SP1 d'IBM dont elle est le premier utilisateur français.

,

Publié le

Les entreprises citées

CALCULS

Turbomeca muscle son informatique scientifique

L'entreprise conforte son avance grâce à l'installation du supercalculateur SP1 d'IBM dont elle est le premier utilisateur français.



Se donner de puissants moyens de recherche et développement par le biais de l'informatique scientifique et technique: telle est la stratégie déployée par Turbomeca, leader des turbines à gaz de moyenne puissance. Les investissements de l'entreprise sur ce seul créneau atteignent 20millions de francs en quatre ans. Turbomeca n'avait, à vrai dire, pas d'autre solution. Vivant jusqu'au début des années90 à 80% sur les programmes militaires, elle a dû se repositionner sur les marchés civils, qui représentent aujourd'hui 55% de son activité. Et elle consacre près de 600millions de francs par an à la recherche et développement, qui occupe un peu plus de 18% de ses effectifs. Un effort rendu indispensable par la concurrence, en particulier celle de General Electric. Tout en accomplissant sa reconversion, l'entreprise a vu la compétition se durcir sur des marchés limités. Qui plus est, le marché civil fonctionne selon des règles de fonctionnement très sensiblement différentes de celles du militaire. Turbomeca s'est donc mise à l'heure du temps avec, pour mots d'ordre, la réduction des coûts et des cycles de production.

"Le temps de mise sur le marché d'un nouveau moteur était de sept à dix ans. Maintenant, il faut le réduire à trois ou cinq ans", précise Jean-Yves Spinelli, responsable organisation et informatique. Pour y parvenir, Turbomeca s'est remise en question: la production a été réorganisée en îlots, le service client tout comme la logistique ont fait l'objet d'une attention nouvelle. En outre, le groupe vient d'annoncer la suppression de 450 postes sur 3800. Parallèlement, l'entreprise a mis l'accent sur la technologie.

"Innovation à risque calculé", productivité et pérennité

L'informatique scientifique apparaît, dans ce contexte, comme un choix stratégique. Ludovic Mézière, responsable scientifique de Turbomeca, lui assigne trois objectifs. Le premier relève de l'"innovation à risque calculé": "Nous sommes toujours aux limites de la technologie et nous sommes obligés d'avoir les simulations numériques les plus pointues", souligne-t-il. Le deuxième relève de la productivité. En effet, l'informatique scientifique participe à la réduction des coûts et des délais de mise sur le marché. En augmentant les capacités de simulation, la direction technique compte réduire de cinq à trois ans la durée des campagnes sur banc d'essai. Enfin, la pérennité de l'entreprise et la capitalisation de ses savoir-faire sont en jeu. "L'informatique scientifique a toujours du mal à se justifier", regrette Ludovic Mézière. Calculer le retour sur investissement demeure, en la matière, un exercice aléatoire. Turbomeca n'a cependant pas lésiné sur les moyens. Pour répondre à ses besoins intensifs en calculs complexes de structures, de thermodynamique, d'aérodynamique et de combustion, l'entreprise est la première en France à avoir retenu une solution construite sur le supercalculateur IBM 9076SP1 fondé sur le Risc System/6000, dont le coût dépasse 2millions de francs. "Mais ce serait une erreur de considérer les seuls coûts d'achat", affirme Ludovic Mézière. Avec cet investissement, Turbomeca, qui se connectait jusqu'alors au supercalculateur Cray de l'Onera (Office national d'études et de recherches aérospatiales de Châtillon), dispose de moyens indépendants. L'évolution vers le supercalculateur SP1, installé en octobre dernier et opérationnel depuis le début l'année, permet de multiplier la puissance de calcul par dix, grâce entre autres aux méthodes de parallélisation, et de sextupler le volume de stockage en l'espace de deux ans, avec une capacité disque qui dépasse les 20 GBytes. Par ailleurs, le groupe a signé un contrat de partenariat de calcul scientifique avec IBM France. Ainsi, le constructeur informatique va bien au-delà de l'installation, du suivi de l'évolution et de la maintenance du système. Il assure un transfert de compétences, avec une assistance technique destinée à exploiter, le plus pleinement possible, le potentiel du supercalculateur pour la parallélisation des codes de programme de Turbomeca.

Une obligation de résultat

IBM et son partenaire Dataid, fournisseur du logiciel de calcul Ansys, se sont en outre engagés sur une obligation de résultat: d'ici à octobre prochain, IBM devra démontrer sur deux applications la capacité de son installation à procurer des performances comparables à celles du Cray. "Nous ne pouvons mener le changement qu'en faisant appel à des nouvelles technologies, à des moyens de calcul plus puissants", conclut Jean-Yves Spinelli.





UNE ENTREPRISE ORIENTEE VERS LA TECHNOLOGIE

Filiale du groupe Labinal, Turbomeca, dont le siège est implanté à Bordes, près de Pau, occupe une place de premier plan dans le domaine des turbomoteurs: elle propose la famille la plus complète d'hélicoptères, dont elle détient 24% du marché mondial. Outre ses activités traditionnelles (les moteurs pour avions d'entraînement et les turbines terrestres ou marines), elle tente une diversification dans le créneau des groupes auxiliaires de puissance pour avions commerciaux. Aussi, malgré un résultat net légèrement négatif depuis deux ans, les efforts de l'entreprise en matière de recherche et développement sont passés de 19% à 24% du chiffre d'affaires. Des dépenses autofinancées à 66%.





USINE NOUVELLE - N°2461 -

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle