L'Usine Energie

Calculez vous-même le montant de l’indemnité à verser à EDF pour fermer Fessenheim

, ,

Publié le

Pour la fermeture de Fessenheim, EDF a le droit à une indemnité. Mais comment la calculer. L’Etat propose moins de 100 millions d’euros, des experts comptent 2 à 2,5 milliards, deux députés avancent le chiffre de 4 milliards… Et pour vous, c’est combien ?

Calculez vous-même le montant de l’indemnité à verser à EDF pour fermer Fessenheim
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Fessenheim

Selon la loi de transition énergétique, EDF devra fermer les deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin) quand ouvrira l’EPR de Flamanville (Manche), normalement fin 2018, afin de respecter le plafonnement de la puissance nucléaire installée en France. Et selon le Conseil Constitutionnel, EDF a le droit de recevoir une indemnité qui compense la perte de son outil de production. Cette somme doit aussi permettre à EDF de rembourser les partenaires allemands et suisses qui ont des parts dans la centrale alsacienne.

Reste donc à calculer cette indemnité… Et là, les différentes parties prenantes ne parviennent pas à s’entendre. Le premier chiffrage est venu d’un rapport parlementaire réalisé par les députés Marc Goua (PS) et Hervé Mariton (LR) en septembre 2014. A cette date, ces derniers ont avancé un chiffre astronomique avec une indemnité de 4 milliards d’euros. Une somme que la ministre de l’Environnement avaient jugé "farfelue". Quelques mois plus tard, ses services proposent une indemnité de 80 à 100 millions d’euros. Une somme plutôt ridicule, qui a déçu EDF. L’entreprise attendant au moins 2 milliards d’euros, selon des sources internes.

La différence entre ces deux bornes est énorme. Paradoxalement, les députés et les services de la ministre se sont basés à peu près sur les mêmes critères de calcul.

 

 

 

 

 

 

Pour les résumer de manière très simple, nous pouvons les mettre en équation de la manière suivante. Si "I" est l’indemnité à verser à EDF (en millions d’euros), alors :

I = AxCx€xP –300xAxC

La première partie de l’équation "AxCx€xP" représente ce que peut rapporter la centrale à EDF.

A est le nombre théorique d’années d’exploitation de Fessenheim que peut viser EDF. Il va de 3 à 23 ans. 4 ans, si on considère que ce réacteur doit s’arrêter à 40 ans (la quatrième visite décennale aura lieu en 2019). 23 ans, si on considère que ce réacteur peut atteindre 60 ans.

C représente la chance que l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) autorise le réacteur à atteindre cette durée de vie théorique. C va de 0 à 1. A titre d’exemple, les députés Goua et Mariton considèrent qu’il y a 100 % de chance que le réacteur puisse atteindre 40 ans, 90 % de chance qu’il puisse atteindre 50 ans, 85 % de chance qu’il puisse atteindre 60 ans.

€ est le prix moyen (en euros) du MWh sur le marché de gros de l’électricité. C’est sans doute le plus difficile à calculer. Il a atteint récemment un point bas à 20 euros par MWh. Il tournait autour de 40 euros, il y a encore quelques mois. Dans leurs estimations, les députés Goua et Mariton ont imaginé des prix allant de 50 à 95 euros par MWh. Les services du ministère imaginent plutôt des prix bas à long terme.

P est la production de la centrale. P se situe entre 12 et 14 car, chaque année, la centrale produit de 12 à 14 millions de MWh.

La seconde partie de l’équation "300xAxC" représente ce que coûte chaque année la centrale à EDF.

300 représentent 300 millions d’euros, soit le coût de fonctionnement annuel de la centrale. C’est le chiffre fourni par le ministère de l’Environnement et de l’Energie. On le multiplie par le nombre théorique d’années restantes d’exploitation (A) et la chance que l’Autorité de Sureté nucléaire (ASN) autorise le réacteur à atteindre la durée de vie théorique (C).

Un exemple de calcul

Prenons un calcul théorique en guise d’exemple (chiffrage qui n’engage pas l’Usine Nouvelle). Nous considérons qu’il reste 13 années de vie théorique à la centrale, ce qui lui permet d’atteindre 50 ans, donc A=13. Il y a 90 % de chance que l’ASN autorise cette durée de vie donc C=0,9. Le prix moyen de l’électricité sera de 35 euros/MWh donc €=35. La centrale va produire 13 millions de MWh/an donc P = 13.

Aussi, I= 13x0,9x35x13-300x13x0,9 = 1813,5

Selon ce calcul, l’Etat doit verser un peu plus de 1,8 milliard d’euros à EDF pour la fermeture anticipée de la centrale de Fessenheim.

Bien sûr, ce calcul est grossier. Nous pourrions aussi intégrer à l’équation des coûts supplémentaires comme les dépenses engagées par EDF pour les mesures après Fukushima. Nous pourrions aussi prendre en compte le coût social puisque la fermeture de la centrale doit se faire sans aucun licenciement.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

7 commentaires

Nom profil

25/01/2017 - 07h53 -

Comme d'habitude qui va payer ,les démantèlements et les licenciements d'EDF c'est les contribuables et la note est variable 4 milliards pour Edf, 100 millions pour l'état ,il trouveront bien un juste milieu pour nous faire payer.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2016 - 11h29 -

Réaction : Toutes ces centaines de milliards investies dans le nucléaire depuis un Giscard d’E. déjà à la ramasse qui avait refusé de considérer avec intérêt le renouvelable ! On n’en serait pas là*, mais tous les dirigeants du pays qui se succèdent sont si frileux qu’ils ont embarqué la France dans l’impasse et le danger de côtoyer ces centrales, socialistes en tête qui, après avoir critiqué le nucléaire, le défendent ! A qui se fier ? * en plus de la destruction impossible et bricolée des déchets éponymes.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/06/2016 - 23h05 -

C'est l'Europe qui demande de brader ou nous qui souhaitons ardemment détruire nos entreprises ? Faut il sortir de l Europe ou de ce gouvernement ?
Répondre au commentaire
Nom profil

22/06/2016 - 17h16 -

300 millions d'€ le coût de fonctionnement de la centrale, on est à 24€/MWh pour l'équilibre (avec un taux de dispo de 0.8 et à 100%). A 42€/MWh avec l'ARENH, il n'y avait pas de quoi pleurer. Avec 4 milliards, EDF confond le chiffre d'affaire avec le bénéfice. Il devrait être satisfait de fermer avec un chèque de entre 100 et 300 millions de dédommagement.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/06/2016 - 18h02 -

Un peu perverse le calcul! Non? Comment va faire le contribuable pour se dédommager? De plus, cela commence à bien faire de toujours rabâcher la même chose: "Cette somme doit aussi permettre à EDF de rembourser les partenaires allemands et suisses qui ont des parts dans la centrale alsacienne". Les allemands et les suisses renoncent à leurs parts. Combien de fois faudra-t-il le dire?
Répondre au commentaire
Nom profil

21/06/2016 - 16h39 -

Bonjour. L'indemnité versée à EDF ne devrait-elle pas être fixée par les clients de EDF ? Etre la réponse à la question : combien les clients, français et étrangers, de EDF sont-ils prêts à débourser pour que leur fournisseur cesse de leur livrer du Fessenheim ? Parce que, entre nous, si le consommateur d'électricité nucléaire n'est pas prêt à payer un sou pour le démantèlement de cette centrale, pourquoi le contribuable paierait ? De même que le consommateur paie désormais une taxe pour le recyclage de l’électroménager, il pourrait payer pour la transition du nucléaire vers autre chose. Et en application du principe "pollueur-payeur", puisque c'est le consommateur qui pollue, c'est lui qui devrait payer, dans la limite de ce qu'il accepte de payer, puisque c'est lui le client donc le roi.
Répondre au commentaire
Nom profil

27/06/2016 - 14h28 -

Qui ne consomme pas d'électricité en France? Le consommateur sait d'où elle vient?
Répondre au commentaire
Nom profil

21/06/2016 - 16h32 -

Bonjour Entrepreneur à la retraite, j'ai un calcul plus simple à vous soumettre : La centrale nucléaire de Fessenheim produit 2 % de l'énergie électrique française. EDF a fait un bénéfice net comptable de 1187 millions d'€ en 2015. 2 % de 1187 millions, cela ne fait que 23,74 millions/an ! Un calcul plus en détail sera plus précis et encore plus parlant : - Cette centrale doit en réalité (gratuitement) 32,5 % aux partenaires allemands et suisses. - La moyenne de la production annuelle de Fessenheim est de 10,485 TWh / an (moyenne calculée sur 15 ans). - La production française est de 546 TWh en 2015. 10,485 - 32,5 % = 7,12 TWh (vendable) soit seulement 1,3 % de la production française. 1,3 % de 1187 millions = 15 millions qu'on pourrait attribuer à Fessenheim en 2015. Comme le prix de gros (EpexSpot) est toujours à la baisse et que la centrale produira peu cette année (très nombreux arrêts), les chiffres de S. Royal sont très plausibles.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/06/2016 - 21h11 -

Bonjour, Votre calcul n'est valable que si EDF n'était que 58 réacteurs vendant de l'électricité au réseau et ce sans réaliser d'investissement... Le parc nucléaire reste rentable malgré la chute des prix de l'électricité, sinon EDF subirait des pertes à l'instar de ces concurrents. Si Fessenheim n'était pas rentable, la centrale serait fermée par EDF comme les centrales thermiques puisque celles-ci ne le sont plus. Quant aux prix bas, ils remonteront -à plus ou moins court terme- puis qu’aucun opérateur électrique n'est rentable à ce prix, tout comme le pétrole...
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte